Optimisé pour
facebooktwitter



 
Pensez à faire des Demandes RP si vous voulez jouer !

Partagez | 
 

 Une jeune pousse ne devrait braver la tempête.. [ PV Jack]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 152
Age : 27


Feuille de personnage
Métier : Chômage ?
Nébulite Nébulite: 150

MessageSujet: Une jeune pousse ne devrait braver la tempête.. [ PV Jack]   Mer 15 Mai - 19:40



Trois mois… Trois foutus putains de mois. Pas plus pas moins. Mais c’était déjà bien trop. Pourtant c’était déjà bien trop. A dire vrai le premier mois, elle ne s’était pas spécialement inquiétée. Que ses parents partent durant bon nombre de jour n’était pas surprenant. Ils l’avaient prévenue un peu au pied levé, le jour de leur départ et pendant qu’elle était en tournée avec sa troupe. Avec le recul, la raison précipité de leur départ lui paraissait de plus en plus obscure. Durant les deux premières semaines les nouvelles lui étaient parvenues avec une régularité habituelle, puis elles s’étaient espacées par deux fois avant de disparaître totalement. Les multiples messages qu’elle envoya traverser l’espace ne leurs parvinrent jamais. Les jours avaient défilé glacialement et le ver de l’angoisse avait creusé son trou au milieu de ses boyaux, puis les avait dévorés avidement. Black Matter...Antares ? Plus que probable. Depuis de longues années ses parents œuvraient pour rétablir l’ordre humain. Avec l’aide d’amis à eux, tout aussi utopistes, ils avaient formé la communauté des Enfants de la Terre.C’était une communauté basée sur l’entraide et l’humain. La plus part des échanges de biens se faisaient via le troc. Elle comptait pas mal de personnes qui d’une façon ou d’une autre avaient subi la violence des organisations avides de pouvoir ou de vengeance. Antares en faisait partie. Outre la communauté, ses parents vadrouillaient dans les colonies pour sensibiliser chacun à l’importance de la vie et à son respect, mais aussi à lutter contre l’oppression et développer une mobilisation. Ils travaillaient de concert avec pas mal d’autres organisations humanitaires. Et c’est justement pour cette incitation à la révolte contre l’oppression qu’ils étaient fort mal venus sur Black Matter, mais Lis ne s’était pas trop inquiétée, au début du moins. Ses parents connaissaient du monde, et ce monde connaissait des chemins surs. Sa décision, aussi irréfléchie et impulsive que possible, était prise. Dans deux heures elle décollait de son cocon pour aller saluer Antares.

La frêle demoiselle s’enveloppa dans une large serviette pour ne pas gouter hors de la baignoire, et à ce signal Vox, son lémurien, sauta souplement sur son épaule. Une grande partie de son pelage était d’un gris cendré, mais ventre et intérieur des pattes étaient d’un blanc immaculé. Deux cercles noirs entouraient son regard ambré, et un troisième marqué entièrement son museau. Pour finir, il avait une longue queue rayée noire et blanche. C’était en somme un mignon représentant de son espèce. Vox n’était pas le seul animal à la maison, mais il était incontestablement lié à Lis. Mais passons. Elle essora longuement ses longs dreads verts, puis passa son sarouel fétiche, une brassière couleur rouille, un gros sweet gris anthracite à capuche puis une veste kaki sans manches par-dessus. Sur ce, elle vérifia son sac à dos et les provisions pour tous les deux, de la bouffe sous vide pour elle, des fruits frais pour Mr Vox. La bestiole en chipa justement un au passage dans le sac sous le regard faussement sévère de sa maitresse. Elle le laissa s’installer dans son cou comme une écharpe, sa tête blanche sur son épaule puis elle rabattue sa capuche XXL. Un sac sur l’épaule, la musique sur les oreilles, la porte se ferma derrière elle et la nuit l’accueillit gentiment. Le trajet jusqu’à l’île principale de Léviathan sembla durer une éternité, même via le train, pour c’était seulement son impatience qui prônait. Elle ignora les regards étranges, inamicaux le plus souvent qu’on lui offrait, tout en souriant pour elle-même. Pour sur elle n’avait pas l’air très engageante, en tout cas bien moins que lorsqu’elle dansait à moitié nue avec des bolas enflammées au bout des doigts. Désolée mes dames, messieurs mais ce soir je cherche mes parents, songea la jeune anarchiste.

Le trajet en navette de Léviathan à Black Matter fut un atroce supplice qu’elle tenta de tromper avec une petite démo de ses talents d’artiste de rue, mais sans le feu. Vox fut traiter comme un prince par les enfants et abusa de leur attention et de leurs caresses. Mais au débarquement, Lis perdit son sourire et un frisson glacial passa sur son échine en même temps qu’elle était prise froidement à part pour un premier contrôle. On passa son sac et ses vestes sous nombres d’appareils à rayons. Son animal fut examiné, aller savoir pourquoi. Ses bolas lui furent retirées mais ses balles de jongle y échappèrent. Ensuite un long enchainement de questions lui fut offert. Pourquoi venait-elle ici ? Pour voir qui ? Combien de temps ? Etc. Après ce laborieux passage des forces de l’ordre, Lias and Vox prit regarda son paddle. Le matin pointait le bout de son nez et la fatigue également. Plus qu’un trajet laborieux pour quitter le vaisseau mère et rejoindre le Hôle puis elle pourrait reposer un peu sa frêle carcasse. Elle passa un coup de fil rapide à un contact qu’elle avait trouvé ce matin dans les papiers de son père. Après une attente de longues secondes, une voix basse lui répondit. Lis exposa rapidement sa situation et présenta sa requête. De l’autre côté de la communication l’homme suspendit un moment sa respiration. La demoiselle resta silencieuse elle aussi, attendant qu’il parle, ce qu’il fit au bout d’une minute environ
.
« Je suis désolée ma p’tite mais tu choisis mal ton moment. Ici c’est plus explosif que jamais alors je refuse de te recevoir… Pour ce qui est de tes parents, nous ça fait environ deux mois qu’on pensait qu’ils étaient partis… Cette histoire est mauvaise, ne t’en mêle pas. » Nouveau silence. « Mais je te promets de te tenir au courant si on trouve un truc. »

Lis coupa froidement la communication. Ca ne lui suffisait pas, loin de là. Lis soupira puis se mit à caresser doucement la tête de son ami à poils pour s’apaiser. Premièrement trouver un endroit ou dormir, deuxièmement trouver une piste ou commencer ses recherches. La verte remonta la fermeture de sa veste, enfonça les mains au plus profond de ses poches et entama une marche au hasard des rues pour trouver une enseigne relativement accueillante, ou du moins ou on servait de l’alcool et un pieu. Au bout d’une demie heure interminable, elle constata que pour le truc accueillant c’était un peu mort, alors elle prit le premier endroit qui recroisa son chemin, en bordure du spatio-port. Lis réserva une chambre pour un jour seulement, même si elle ne comptait simplement s’en servir pour la journée. Demain elle comptait fermement mettre le cap sur Pandemia, car plus il y a de merde plus on se rapproche de la source, et visiblement ses parents n’étaient pas non plus sur le Hôle. Elle alla s’installer dans le côté bar, prenant place dans un coin de la salle, et laissa son lémur descendre pour se dégourdir les pattes. Pour la suite, la verte commanda un petit dej imposant, car oui malgré son physique un peu rachitique elle bouffait comme quatre, et commença ses recherches sur son paddle. Vox s’installa sur ses genoux et grignota un truc ressemblant à une goyave. Pour le moment tout se passait relativement bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 114
Age : 25


Feuille de personnage
Métier : Chef de l'IMS
Nébulite Nébulite: 650

MessageSujet: Re: Une jeune pousse ne devrait braver la tempête.. [ PV Jack]   Jeu 16 Mai - 13:47

Ca aurait du être la fiesta, à Leviathan. Juste à côté de l'Île Principale, l'Irae massif abritant le quartier général de l'IMS suivait lentement la flotte coloniale, presque inerte. A l'intérieur cependant, dans le centre de commandement et de pilotage, la vingtaine de personnes composant l'effectif de l'organisation était partagée entre la joie et la déception. Tout d'abord, la joie. Après tout, les travaux se faisaient assez rares, et pour une fois la prime était relativement élevée, passant la barre des 200 000¢. Une grande partie serait investie dans l'entretien de l'Irae, du matériel et au final seule une petite partie de cet argent servirait à payer les salaires. Ceci étant dit, c'était une habitude. Chacun des membres de l'IMS venait s'engager dans cet asile de fou non pas pour l'argent, mais pour Leviathan et continuer à être utile de façon active même après la retraite, ou comme Jack, après une fin de carrière catastrophique. Beaucoup avaient un travail en dehors de l'IMS, ne vivant pas forcément sur le vaisseau, et arrivaient sans trop de mal à joindre les deux bouts. Les employeurs de Leviathan étaient en règle générale assez conciliants au niveau des horaires et des départs parfois impromptus en dehors de la colonie, quand les situations l'exigeaient.

La déception, elle, venait du fait que la mission de l'IMS ne laissait pas vraiment présager d'action. Ils devaient escorter un haut dignitaire du district Alpha à Höle , sur Black Matter. En soi, c'était pas vraiment ce qu'on pouvait appeler une mission de routine. Depuis le coup d'état d'Antarès, tous les ex partisans de la S-Reign étaient traqués et emprisonnés. De fait, en allant là bas, l'homme en question, William Swift, mettait sa vie en danger. La partie drôle était l'infiltration. Ils ne pourraient pas entrer sur Quasar par la grande porte, il leur faudrait ruser et passer par des entrées annexes et utilisées en général pour la maintenance externe des colonies pour entrer. Ensuite... une fois dans l'enceinte hexagonale de Höle, leur mission serait finie jusqu'à ce qu'ils repartent. La ville construite à l'intérieur de vaisseau avait pour réputation d'être imprenable, et pour cause, cela faisait plus de cinquante ans qu'Antarès échouait à prendre cette place forte de la résistance. Tous les descendants des dirigeants fédéraux de l'époque, leurs sympathisants, et visiteurs d'autres colonies pouvant causer d'une manière ou d'une autre du tort à Antarès étaient basés là-bas.

«Dans une heure on décolle les gars. Jeff, tu pilotes la navette de transport. J'ouvre le couloir avec le Scar, et on passe tous dedans. L'aut' là, comment y s'appelle... Swift voilà, sera dans la navette, et j'veux un Drone Striker, un Tanker à côté de la navette au cas où on tombe sur ces pétasses de Xoïdes. Allez, magnez-vous de vous préparer bande de larves ! »

Jack quitta le poste de commande derrière ses camarades et descendit directement aux hangars pour faire chauffer son Scar. Il y avait en tout une dizaine d'Armor Suit entreposées ici, de classe normale, et dans le hangar situé sous ses pieds, les prototypes gracieusement -mon cul ouais- offerts par Cypher pour les tests de performance. Ces Armor Suit n'étaient à utiliser qu'en dernier recours, malgré leur puissance de feu et leurs capacités bien des fois supérieures à celles des AS normaux, ils restaient... dangereux.

Une heure après, l'équipe était au complet. La navette était à la sortie du hangar, pilotée par le dénommé "Jeff", un homme d'une quarantaine d'années retraité, auparavant pilote à la FIDS, spécialisé dans les vaisseaux lourds et les croiseurs. Grincheux, râleur mais adorable, il était à l'IMS depuis sa fondation et n'avait jamais souhaité la quitter.

Au top départ de Jack, les vaisseaux décollèrent. Les AS prirent leur forme de vol, le Drone Striker entoura de ses drones la navette pour déployer des boucliers autour, et Jack prit la tête de file, enclenchant le module de saut spatial fixé à ses propulseurs pour ouvrir le couloir à l'escadrille. Quelques dizaines de seconds plus tard, après un bref éclat de lumière violacée, les vaisseaux avaient disparu. Direction, Black Matter.

---------------------------- Au même moment à Quasar ----------------------------

Sur le Typhoon, paradoxalement l'homologue de l'Irae présent à Leviathan, dans une salle remplie de consoles et d'écrans d'ordinateurs, une liste de données défilait devant une femme d'âge mûr, l'air pincé et strict, qui pianotait sur son clavier tactile en même temps qu'elle déchiffrait les listes de données biométriques qui défilaient sous ses yeux d'un gris presque métallique, ternes, ridés. Son travail était basique, mais néanmoins important. Trier et répertorier toutes les signatures ADN et biométriques des personnes entrant et sortant des différents vaisseaux de la colonie, ainsi que ceux qui y arrivaient, comme les étrangers.

C'est pendant cette analyse qu'elle faisait tous les jours depuis presque trente ans, fièrement, qu'une alerte apparut sur l'écran. Une signature était suspecte, et venait d'être détectée au spatio port de Quasar, où débarquaient tous les étrangers qui venaient visiter la colonie. Son ADN était très -trop- similaire à celles de deux personnes qui avaient été en visite ici deux mois auparavant. Antarès avait classé ces deux signatures comme étant "ennemies". Elle appuya sur un bouton, sur le côté de sa console, qui joignait directement le poste de sécurité central d'Antarès. Quelques mots, un résumé court et bref de sa trouvaille. Une réponse affirmative, et la conversation fut terminée. Ca se passait toujours comme ça, en amont. Des conversations presque innocentes, badines, qui donnaient lieu en aval à des traques et parfois même des meurtres, des enlèvements, des rafles. C'était assez perturbant de voir ce que pouvaient quelques mots. Mais personne ne semblait s'en préoccuper. Ceux qui traquaient et tuaient étaient dans un autre domaine de compétences. Ils recevaient des ordres et les exécutaient. Ceux qui les donnaient avaient juste connaissance de la situation et n'étaient pas sur le terrain. Tous oeuvraient dans le même but mais dans des univers séparés.

Au Spatio Port, dans les bureaux de la sécurité d'Antarès, un appel fut reçu, et un ordre validé. Deux soldats prirent leurs armes, revêtirent leurs combinaisons, et quittèrent les lieux. Parmi la masse, ils ressemblaient juste à deux soldats qui parcouraient Quasar comme le faisaient de nombreux collègues à eux. Leur but était tout autre. Ils cherchaient la jeune femme venue de Leviathan, qui avait été déclarée comme suspecte par la vieille femme aux yeux de métal. La chasse était ouverte, et le plus désolant était que ces deux soldats étaient spécialisés dans ce domaine, et adoraient ça. Antarès savait choisir ses hommes, ça on ne pouvait pas le nier. Malheureusement, comme ces deux personnes qui signalaient un peu partout la jeune femme pour obtenir des renseignements sur sa trajectoire dans le vaisseaux, beaucoup de membres de l'organisation faisaient des excès de zèle...

Au bout d'une heure, peut-être deux, les soldats arrivèrent devant la façade d'un lieu pas trop fréquenté, mais cependant... Connu. Du moins eux le connaissaient. Ils allaient souvent boire un coup là bas -les consos y étaient moins chères qu'au WHORE- après le boulot. Et selon leurs renseignements, c'était l'endroit le plus probable pour y retrouver leur proie. Ils échangèrent un sourire des plus malsains, et quelques secondes plus tard, franchissaient la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une jeune pousse ne devrait braver la tempête.. [ PV Jack]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» jeune pousse
» Ayant bravé les tempêtes, JuneBug accoste avec son équipage
» quiche aux jeunes pousses d'épinards
» Je suis une jeune pousse...
» Jeune fille cheveux bleus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Extended Odysseus :: Black Matter :: Vaisseau Mère :: Pandemia-