Optimisé pour
facebooktwitter



 
Pensez à faire des Demandes RP si vous voulez jouer !

Partagez | 
 

 La grande évasion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
J'habite sur Black Matter
J'habite sur Black Matter

Masculin Messages : 58
Age : 23


Feuille de personnage
Métier : Résistant
Nébulite Nébulite: 1950

MessageSujet: La grande évasion   Sam 14 Sep - 11:35

Aujourd'hui, on était tous en branle-bas-de-combat. Pourquoi? pour la simple et bonne raison qu'on venait d'être contacté par un informateur inconnu (ça pue) qui souhaitait nous aider à lancer une mission d'évasion sur une des prisons de l'Antarès qui contiendrait de nos hommes (ça pue encore plus). Alors bien sûr, vous imaginez ce qui se passe dans les hautes sphères. Ca envoie des agents pour des repérages, ça essaie d'extraire toutes les informations qui pourraient passer, nos soldats sont tous mis en état d'alerte au cas où ce serait un piège, etc...
J'avais bien sûr été désigné pour me rendre auprès d'un des hommes de notre "informateur" qui devrait être notre contact durant l'opération (ça pue énormément). Je dois être l'homme le plus capable de me tirer des situations ultra-périlleuses de toute la Résistance. C'était sortie en grandes pompes aujourd'hui donc: j'avais pas mal de gars qui me couvraient, ma soeur qui traçait tout communication et toute image sur lesquelles je serais mentionné, bref la totale.

On avait décidé du rendez-vous sur une place publique, à une heure où pas mal de personnes seraient présentes, histoire d'empêcher toute opération d'Antarès sans qu'on les repère de loin (ils viennent souvent en grandes pompes) et j'attendais donc patiemment que mon "contact" me rejoigne. L'informateur nous avait dit que nous le reconnaitrions facilement aussi je m'attendais à quelqu'un d'assez hors du commun (bien pour la discrétion). Je patientais donc, sifflotant des airs de Rock'n Roll avant d'apercevoir un type entièrement reconstitué robotiquement. Instinctivement, je devinais qu'il s'agissait de celui que je devais rencontrer. En effet, ils ne se trompaient pas quand ils parlaient de quelqu'un d'aisément reconnaissable. Je m'approchais et dit le mot de passe dont mes supérieurs et les siens avaient convenus.
Les colombes aiment bien le chili.
Qui est chargé de trouver les mots de passes??? Parce que là il faut vraiment le virer c'est clairement de la merde! Nan mais franchement? Les colombes aiment bien le chili...pourquoi pas "ma tante joue au Scrabble" tant qu'on y est? Faudrait qu'on les organise sur concours les choix des mots de passes.

Je dévisage donc mon "contact" avec prudence, restant à une distance assez sécuritaire pour éviter toute agression de sa part. Putain...lui il a dû manger cher pour être dans cet état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Close Heaven
J'habite sur Close Heaven

Masculin Messages : 32
Age : 22
Localisation : Bordeaux


Feuille de personnage
Métier : Livreur/Contrebandier
Nébulite Nébulite: 0

MessageSujet: Re: La grande évasion   Sam 14 Sep - 16:22

De la Navettes Inter Coloniales au Space Rail pour finir à Höle on n’a pas cessé de me dévisager. Bien sûr c’était justifié mais ce n’est pas ma faute si ma bombonne de peinture ‘’Skin Effect’’ ne fonctionnait pas. Et puis même sous ma couverture et ma capuche les lumières des néons se reflétaient sur mon armure. Il m’était difficile de faire des missions d’infiltrations dans mes conditions mais j’avais trouvé des stratagèmes pour passer inaperçu.
Grâce à un ‘’pourboire’’ non négligeable les contrôleurs (qui commençait à me connaitre) n’avait pas fouillé ma valise.
* Pourvus qu’ils ne soient pas mutés…*
Je fus surpris de ma propre réflexion, était-ce parce que je m’attachais aux têtes familières ? Ou parce que cela facilitait mon travail ? Non, ce n’était que des profiteurs, négligents et sans code d’honneur, il est hors de question que je m’attache à qui que ce soit qui soutiennent les agissements de mon patron.
Bref, pour le moment je dois me concentrer sur la mission. Qui est très étrange d’ailleurs. Libérer des résistants d’un pénitencier sous couverture et détruire ce bâtiment. Bien que je sois pour le clan de la résistance, mon patron m’a déjà obligé à fournir des plans d’armes chimiques à Antarès, alors pourquoi retourne-t-il ça veste ? Mais bon, il s’enrichit grâce à la vente d’armes, donc il n’a aucun profit à voir l’un des deux camps gagner sur l’autre. Si les rebelles dévoilent des informations décisives à Antarès cela pourrait être problématique pour lui.
Du coup je me retrouve avec un partenaire de la résistance qui mènera l’opération, je lui fournis des armes et du matériel, je lui propose des stratégies selon la situation mais j’écoute et j’obéis, telles étaient mes conditions de travail. J’espère juste qu’il est au courant que si l’opération foire j’ai pour ordre de tuer ses camarades.
Plongé dans mes pensées, je bousculais par inadvertance une jeune noxienne qui n’hésita pas à me traiter de tous les noms. A une certaine époque j’aurais mérité ce genre de traitement.
J’étais finalement arrivé sur la place, je jetais un coup d’œil à mon holowatch.
*Dix minutes d’avance…*
Je soupirais, mon regard se posa sur un banc sur lequel je m’installais tranquillement toujours recouvert de la tête au pied. Ce qui est bien avec les quartiers de Black Matter comme ceux de Höle c’est que l’on croise de tout. Et même si je sors de l’ordinaire on ne fait pas spécialement attention à moi. Je sortis une petite boite de cachets de ma poche, pris une pilule et la glissa dans ma bouche entrouverte. Sans goût particulier, ses petites gellules étaient mon seul moyen de me nourrir sans souffrir.
*Il est l’heure…*
J’enlevais ma cape et je me mis à marcher en rond en espérant que mon contact allait me reconnaitre (ce qui n’est pas difficile). Soudain un homme s’approcha de moi, et me dit
‘’Les colombes aiment bien le chili’’
J’étais étonné mais je ne laissais pas paraitre, mon patron m’avait dit que mon contact allait me dire une phrase étrange mais je ne m’attendais pas à un mot de passe farfelu. Je me raclais la gorge puis lui fit signe de me suivre, je remis ma couverture et ma capuche et nous nous dirigeâmes vers un hôtel désaffecté que l’on m’avait réservé. J’ai rapidement remarqué qu’il gardait ses distances, c’était très malin de sa part mais peu professionnel, je devais bien lui accorder le fait qu’on ne peut plus faire confiance à personne à notre époque (réflexion faite, depuis toujours).
Après avoir monté deux étages nous rentrâmes dans la chambre. J’étais toujours perdu dans mes pensées et je ne savais pas s’il m’avait adressé la parole durant le trajet. J’ouvris ma mallette et je lui présentais. Je pris une petite fiole que j’ouvris et j’injectais la substance sur les articulations de ma mâchoire de soutien. Après un grand soupir je dis :
-Mon nom de code est Scar je ne répondrais qu’à ce nom, je suis un agent de Close Hell. Je serais sous vos ordres jusqu’à la fin des opérations. Pour cette mission l’organisation pour laquelle je travaille offre à la résistance une vibrolame, un système de piratage portatif et un V-38 armé d’un silencieux, ainsi que deux chargeurs de 24 balles et une recharge énergétique pour la vibrolame. Etant donné que vous êtes le seul responsable de la résistance présent dans cette pièce cela vous revient. Il nous faudra donc nous fournir en explosifs par nos propres moyens sur Höle. J’aimerais maintenant que vous me fassiez un inventaire de votre équipement actuel si vous en possédé un. Sinon mettons fin à ce protocole barbant et mettons-nous au travail.


~~[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]~~
~~~"Je vois la vie en rouge car les flaques de sang sont rarement roses..."~~~
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Black Matter
J'habite sur Black Matter

Masculin Messages : 58
Age : 23


Feuille de personnage
Métier : Résistant
Nébulite Nébulite: 1950

MessageSujet: Re: La grande évasion   Ven 24 Jan - 22:31

Une chambre d'hôtel un peu moisie...les grands pontes de nos deux organisations auraient pu mieux choisir. Ce truc est cliché à mort, si bien que si on doit vérifier quelque part pour trouver quelque chose d'illégal, c'est par là que je commencerais. Mais bon, moi je suis les ordres. Le trajet s'était fait en silence, sans qu'aucun d'entre nous ne décide de l'ouvrir. Non pas que je n'aime pas particulièrement la compagnie d'inconnus (bon d'accord je déteste ça), mais ce gars là, tu sens que c'est celui qui en a tellement bavé dans sa vie qu'il en fera bavé autant tous ceux qui l'insulteront. Alors je me la ferme et j'attends qu'il fasse les présentations.

Une fois dans la chambre, il se présenta sous le nom de Scar (ça lui va bien) et m'annonça que son organisation nous offrait généreusement une vibrolame, une arme à feu et un système de piratage portatif de surcroit. Bon pour le système de hacker, je dis pas, c'est assez chouette d'en obtenir un. Mais pour le reste...
Vos patrons nous prennent vraiment pour des billes? Une vibrolame et un flingue (et les 24 balles je ne les oublie pas)? Franchement si c'est pour ça qu'on vous envoie, vous avez fait du trajet pour rien. Enfin...merci quand même.
Non je ne révèlerais pas qu'en ce moment même, trois types avec des pistolets mitrailleurs se trouvent sur la place devant l'hôtel prêt à intervenir, ni que nous avons les moyens de nous procurer du matériel plus conséquent que cela rien que par un coup de fil à la S-Reign.

Néanmoins, je manque à mes devoirs. Pour vous je serais Hez. Ainsi, tout le monde sait comment appeler tout le monde et on est content. Pour ce qui est de la question des explosifs hé bien...
On a deux solutions: l'une simple et peu efficace, l'autre plus complexe et risquée, mais qui peut apporter de gros avantages.
La résistance peut nous procurer de l'explosif cheap qui peut ne pas être suffisant. Mais pour en avoir, j'ai juste à trouver un informateur et c'est bon. Sinon, faut qu'on essaie de prélever dans les réserves d'Antarès. A moins que...
Je réfléchis un petit instant et me souvins d'une réserve qu'on gardait en cas d'urgence. Libérer des prisonniers me parait la situation idéale pour y recourir. Je sortis un talkie-walkie de ma veste et, après avoir, d'un geste de la main, demandé à mon partenaire de patienter, lançai l'appareil.
Je vais voir MotorHead ce soir. Il me faudrait quelques pétards claque-doigts.
Traduction: sors moi les explosifs lourds on va faire la bringue.

Scar m'avait aussi demandé un inventaire de mes possessions. Déjà que j'aime pas révéler mes cartes au poker, mais mes armes cachées. Après, si je veux gagner sa confiance...Prenons le risque
Je dispose d'une dizaine de couteaux de lancer, deux lames rétractables et les armes que vous m'avez fournies. Une livraison devrait cependant arriver d'ici une vingtaine de minutes. A votre tour maintenant. Pouvez-vous me faire un inventaire de votre matériel et me décrire tout ce que vous savez sur la mission?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Close Heaven
J'habite sur Close Heaven

Masculin Messages : 32
Age : 22
Localisation : Bordeaux


Feuille de personnage
Métier : Livreur/Contrebandier
Nébulite Nébulite: 0

MessageSujet: Re: La grande évasion   Mer 29 Jan - 17:12

Je me rendis compte que cela faisait plusieurs minutes que je n'avais pas décroché mots et que je fixais bizarrement « Hez », c'était la première fois qu'un partenaire de missions dévoilait son arsenal. Ma demande n'était qu'un simple protocole que personne ne respectait, d’habitude j'étais obligé d'utiliser mon œil semi-cyborg pour détecter le taux d'acier sur le corps mais là, la sincérité et la franchise de Hez m'avait tellement surprise que je ne pris pas cette peine.

*Il a fait un pas vers moi, à moi de faire un pas vers lui...*

-Excusez-moi (pourquoi m'excusais-je?) mais vous vous trompez sur l’utilité des armes fournis, je dirigeais mon regard vers la petite fenêtre crasseuse de la chambre en manipulant le V-38.

-Le V-38 possède un manche qui n'enregistre pas les empreintes digitales, de plus les balles sont uniques et si on vous en a fourni si peu c'est parce que la mission n'est pas une opération massacre. Les balles sont faites d'un alliage spéciale. Elles se dissolvent dans le sang et la victime meurt d’empoisonnement aux métaux lourds. De cette manière impossible de remonter jusqu'à notre organisation et si vous ne touchez pas mortellement une cible, je ne connais pas vos talents de tireur, elle sera condamné de toute manière. Quoiqu'il arrive pendant cette mission, ce sera signé par les révolutionnaires, mais Antarès recherche toujours des fournisseurs ou complices. Nous ne devons laissez aucune empreintes. L'usage de mitraillette ou de fusil à pompe est donc proscrit, après vous faites ce que vous voulez bien sur. Je possède une vibrolame modifiée de type katana et un revolver que je n'utiliserais pas pour les raisons évoquées plus tôt.

Je soupirais malgré moi, et repris mon air sérieux.

-Pour pouvoir adapter votre stratégie et vos ordres à mes capacités je possède à peu près les caractéristique d'un cyborg, en moins évolué. J'ai un système de camouflage de 20 minutes d'autonomie et des suspensions aux top (j'avais utilisé toute mes économies pour les refaire),  mes mouvements seront donc silencieux (j’espérais que cela le rassurerait, à voir mon corps il était normal qu'il eu des doutes sur mes facultés à réussir une mission d'infiltration sans faire un boucan du tonnerre).

Je me rendis compte qu'il utilisait des couteaux de lancer, plutôt original. Sans m'en rendre compte je pris un air de plus en plus grave.

-Vous avez été plutôt franc, je dois vous prévenir mais je pense que vous vous doutez que je ne peux échouer lors de cette mission. C'est vous qui êtes en charge d'activer les explosifs, mais si vous ne le faite pas car nous n'avons pas réussi à libérer vos camarades, je devrais les tuer pour des raisons qui ne regarde que mon organisation. Je serais sous vos ordres jusqu'à ce que ses conditions soient remplies. Après ça vous pouvez me considérer comme ennemis.

Il devait avoir compris que si j'avais Trigun sur moi c'était forcement pour l'utiliser un moment ou un autre quoique je dise. Mais peut être qu'Hez comptait aussi mettre fin à ses jours s'il se faisait prendre.
Je fixais Hez dans les yeux, j'avais envie de voir dans son expression , de la colère, de la fierté, de l'honneur, quelque chose qui montrerait ça détermination de révolutionnaire, car pour l'instant il me faisait plutôt penser à un ados blasé.


~~[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]~~
~~~"Je vois la vie en rouge car les flaques de sang sont rarement roses..."~~~
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La grande évasion   

Revenir en haut Aller en bas
 

La grande évasion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La grande évasion!
» La Grande évasion:
» [DreamWorks] Madagascar 2 : La Grande Évasion (2008)
» Film Mon Petit Poney
» Palmashow - La grande évasion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Extended Odysseus :: Black Matter :: Höle :: Autres-