Optimisé pour
facebooktwitter



 
Pensez à faire des Demandes RP si vous voulez jouer !

Partagez | 
 

 [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
J'habite sur Black Matter
J'habite sur Black Matter

Masculin Messages : 71
Age : 24
Localisation : Sur le pont de mon vaisseau


Feuille de personnage
Métier : Contrebandier/Pirate
Nébulite Nébulite: 2600

MessageSujet: [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch    Ven 6 Sep - 12:16

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


« Le meneur d’hommes qui connaît son métier ne frappe que lorsque les conditions d’une victoire certaine se trouvent réunies ». Le capitaine Serghar Drake, chef mercenaire d’un équipage de guerriers sans cause à défendre et rejetés par leur patrie, avait suivi à la lettre cette maxime de guerre tirée des temps oubliés de l’humanité, à une époque ou donner la mort était encore considéré comme un art. Á sa manière, le mercenaire pirate pouvait être lui aussi être considéré comme un artiste. Patient, imaginatif, créatif, il avait tous les attributs nécessaires pour mériter ce titre. S’il était un artiste alors l'opération Gespenst promettait d’être son chef d’œuvre. Cependant Serghar n’avait pas vocation à vouloir la renommée. La popularité n’était jamais une bonne chose dans sa branche, surtout quand ce genre de célébrité pouvait vous mettre en cryocellule en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Aussi le mercenaire avait-il mit un point particulier à la discrétion et à la rapidité dans l’exécution de ce coup qui promettait d’être particulièrement lucratif. Un « banal et tragique incident » c’est ainsi qu’on se remémorait du sort du vaisseau cargo BK Zeus lorsqu’il en aurait fini avec lui. Personne ne saurait qui avait été derrière l’abordage particulièrement audacieux  du porte-conteneur. Ironiquement le pirate n’aurait en aucune façon besoin de maquiller ses traces, la compagnie privée qui avait affrété le bâtiment s’en occuperait à sa place. Là résidait le génie de l’opération, Serghar comptait s’emparer d’une marchandise qui n’existait tout simplement pas, à bord d’un navire qui n’avait jamais quitté son port d’attache.

Aucune trace matérielle n’existait pour signaler que le BK Zeus était partit de Marshall pour un long voyage vers la colonie Black Matter, défiant toutes les règles du blocus imposées par le S-Reign, avec à son bord un lourd ravitaillement en produits de première nécessité mais également un chargement significatif de Nebulite brute. Cette dernière cargaison faisait l’objet de toute son attention. Serghar avait passé plusieurs mois en repérage et versé nombre de pots de vin pour obtenir toutes les informations concernant ce cargo, il pouvait à présent se targuer d’en connaître plus sur ce bâtiment que son propre capitaine. Dans cette opération le hasard n’était pas une option. L’ancien soldat avait agit de la même manière qu’il le faisait dans son autre vie lorsqu’il était à la tête de l’unité Wolfjager : calme et méthodique. Et c’était ainsi qu’il apparaissait, soldat serein engoncé dans son armure Berserker, observant silencieusement l’équipe d’abordage qu’il avait lui-même sélectionné s’apprêter pour l’assaut à venir. Contrairement à ses habitudes, Serghar avait privilégié une approche moins directe en optant pour une banale navette d’évacuation comme cheval de Troie pour l’abordage de leur cible. Tueurs méticuleux et expérimentés, les huit commandos de l’équipe passèrent une ultime fois en revue leur équipement avant le grand saut. Equipés de scaphandres spatiaux, lourdement armé en munition à faible vélocité, chaque homme emportait une charge explosive destinée au secteur moteur.

L’équipage du cargo devait compter dans les 30 membres, aussi le pirate avait-il cru bon de s’offrir le luxe de la présence supplémentaire d’un androïde de combat reconfiguré par une interface pirate acquise à prix d’or. Cet ajout était sans doute superflu mais le mercenaire ne tenait pas vraiment à voir une opération dans laquelle il avait tant investit échouer à cause de marins décidés à faire de l’excès de zèle. Une probabilité très faible si l’on tenait compte du salaire de misère des marins servant à bord des vaisseaux long courriers. On ne se faisait pas trouer la peau pour vingt crédits de l’heure, sans compter que l’équipage ignorait sans doute le contenu de leur chargement. Un des pirate leva deux doigts en l’air à son attention, le signal convenu tant attendu par Serghar. Il hocha la tête, mouvement singulièrement étrange pour son armure qui le transformait en machine de guerre hypertrophiée. Le canal radio d’urgence de la navette grésilla et un silence morbide se fit dans l’habitacle.

-MAY DAY, MAY DAY, MAY DAY, ici Nacelle d’évacuation du S.S.Nobless demandons assistance. MAY DAY, MAY DAY, MAY DAY, à qui nous entend, avaries moteur, S.S Nobless immobilisé, blessés à bord.

Le pirate s’attendait à une réponse rapide. Il avait étudié attentivement le plan de navigation de sa cible et connaissait les antécédents du capitaine.  L’officier capitaine marchand Mathias n’était pas exactement du type honnête mais il respectait les coutumes d’entraide communes aux navigateurs. Ils se trouvaient encore en frange du secteur d’action de la colonie Marshall, et seul un vaisseau était susceptible de saisir leur appel dans le couloir de trajectoire : le BK. Zeus lui-même. Le canal radio déversait toujours un flot de parasites agaçant. Le capitaine Drake néanmoins restait calme, le regard fixé sur l’intercom. Rien n’avait été laissé au hasard : une petite fortune avait été dépensée pour fabriquer de toute pièce l’identité du vaisseau minier S.S Nobless. Même si le capitaine était suspicieux il trouverait dans sa base de données toutes les informations donnant crédit à son mensonge : nom de l’armateur, identification du navire, équipage, tonnage et même un cahier technique indiquant les réparations en cours. Un décompte mental s’initia dans sa tête. Un. Deux. Trois. Quatre.

-S.S Nobless ici BK. Zeus en approche dans votre couloir de progression. Demande de détail sur votre situation S.S Nobless.

Un mince sourire dissimulé par son éternel masque prit naissance sur le museau ravagé du capitaine pirate. La suite s’annonçait sans encombre : le brave capitaine ouvrirait lui-même les portes de l’enfer qui allait s’abattre sur lui.

-BK. Zeus ici S.S Nobless Evac. 1 : nous avons plusieurs brûlés graves à bord. Notre médecin chef est décédé et le gouvernail du vaisseau a été pulvérisé par impact avec astéroïde. La foreuse est en surchauffe. Nous demandons accès à votre bord pour déposer les blessés et requérons assistance pour effectuer travaux de première nécessité avant d’initier un remorquage.

La requête était tout ce qu’il y avait de plus protocolaire et classique. La situation dépeinte reflétait suffisamment l’urgence pour accorder ne serait-ce que les premiers soins à leurs blessés imaginaires. Dans le pire scénario il pouvait toujours prétexter une avarie et s’orienter en catastrophe sur le vaisseau. Les senseurs externes de la nacelle identifiaient clairement l’immense signature du vaisseau cargo. A leur échelle il apparaissait comme un monstrueux Léviathan ; les navires porte-conteneur étaient rarement élégants ou subtil. Des mastodontes d’acier aux soutes larges comme des continents, il y avait quelque chose d’excitant à prendre d’assaut un tel monstre. Une excitation qu’il se surprit à sentir redoubler quand parvint la réponse du capitaine.

-Evac. 1 ici BK. Zeus, permission d’accès à bord accordé. Nous soignerons vos blessés et allons envoyer le matériel nécessaire pour réparations d’urgence. Votre appel a été relayé pour une prise en charge du remorquage. La section 20-B8FC vous est ouverte aux coordonnées transmise.

Leur appel d’urgence était relayé, cela voulait dire que tout vaisseau alentour captant le message s’orienterait en leur direction. Voilà qui contrarierait quelque peu les plans du pirate mais il avait pris en compte cette variable, son timing serait tout simplement plus chargé. Il donna l’ordre de confirmer réception du message et la nacelle s’orienta vers un des ponts inférieurs du navire. Serghar avait le plan parfaitement en tête, et il évalua qu’il faudrait environ dix minutes à son équipe pour neutraliser le bloc moteur, vingt minutes pour sécuriser le navire, neutraliser l’équipage et le capitaine et dix autres minutes pour transférer le chargement à leur nacelle. L’horloge se mettait déjà en marche alors que le bruit sec des glissières d’armement des fusils d’assauts résonnait dans l’habitacle. Serghar se leva de son siège et se prépara à aborder sans qu’aucun coup de feu n’ait été tiré. Il pouvait ressentir toute la jouissance qu’il éprouvait à sentir l’opération se dérouler comme il l’avait prévu. L’armure lui conférait une stature quasi-inhumaine, il dépassait ses camarades avec ses deux mètres vingt surcompensés. Il pouvait sentir le bourdonnement familier des servos-moteurs de l’armure et de la pile d’énergie qui accumulait de l’énergie brute prête à être relâchée. Il ne vacilla pas d’un pouce lorsque les griffes d’amarrages de la nacelle prirent contact avec la section du vaisseau. L’écoutille s’ouvrit pour laisser passer un tube ombilical qui allait ménager un passage pressurisé vers leur cible.

-Je veux un survivant. Equipe 2 direction bloc moteur. Equipe 3 patrouille et élimination, sécuriser les ponts et le chargement. Equipe 1 avec moi pour assaut de la passerelle de commandement. Iggy passera en premier. Termina Serghar en désignant l’androïde qui s’empara de son fusil lourd et se mit en position.

La scène qui suivit se déroula comme un ballet parfaitement réglé. Le capitaine Drake n’eut aucun mal à croire que leurs premières victimes étaient mortes au milieu de leur surprise. L’androïde avait abattu à bout portant le premier des infirmiers qui se trouvait à côté d’un brancard. Visiblement le capitaine avait réunit pour les accueillir un comité médical, et deux marins armés en guise de sécurité. Ces derniers furent éliminés par Serghar qui ne leur accorda pas un brin d’attention. Remis du choc initial les autres membres d’équipage tournèrent les talons, trop tard cependant pour échapper aux rafales des fusils d’assauts qui ne laissèrent aucune échappatoire. Le sang gicla sur les parois et quelques pièces de chair s’envolèrent pour maculer l’armure de Serghar. Le massacre n’avait pas duré plus de cinq secondes, le plancher semblait avoir été repeint en rouge carmin. Le capitaine pirate se plaça devant l’unique survivant à genoux dans ce qui semblait être sa propre pisse. Les équipes se séparaient déjà en direction de leurs objectifs respectifs. Le mercenaire dénombra quinze cadavres éparpillés, les cratères dans leur chair encore fumants.

-Votre navire a été abordé et vous êtes dès à présent sous mon contrôle. Contacte ton capitaine pour lui signaler ce qui s’est passé ici et dit lui bien que cela risque de se renouveler s’il ne se plie pas à mes demandes.

Le marin balbutia quelques mots, les yeux exorbités par l’horreur, incapable d’arracher son regard des prunelles ardentes du casque de l’armure mécanisé de Serghar. L’ancien militaire ne connaissait que trop bien ce genre de faciès pour y reconnaître un état de choc traumatique de dernier degré. Légèrement échauffé par le combat et trop impatient pour le laisser se remettre de ses émotions il préféra opter pour une solution plus pratique. Le modèle A-08 qu’il avait revêtit lui conférait une force ridicule, et il en usa avec une brutalité inouï en arrachant la main droite de sa victime qui hurla quelques secondes avant de succomber de l’hémorragie. Serghar s’empara du morceau de chair et la passa devant le lecteur automatique commandant la porte d’accès à l’ascenseur. Le pass improvisé appela la cage d’ascenseur qui grinça lorsqu’il y entra en compagnie de l’androïde.

-Tu-as-du-rouge-sur-la-joue. Récita la machine dans un ton mécanique avant d’émettre un sifflement rauque et continu qui devait s’apparenter à un rire.

Serghar haïssait plus que jamais l’humour tordu de la hackeuse qui avait reconfiguré la machine et qui avait cru bon de le doter d’une personnalité aussi exubérante. L’ascenseur monta rapidement jusqu’à la passerelle de commandement, le rideau d’acier s’écarta sur un centre de commande plongé dans la confusion. L’assistance intégrée dans le casque de Serghar identifia immédiatement les cibles potentielles et le capitaine qui était assis dans son fauteuil surplombant les consoles de commande. Iggy ouvrit le feu en premier sur un officier de quart qui venait de dégainer une arme de poing, soulevé de terre il s’écrasa lourdement contre la passerelle. Le capitaine pirate mit fin à la panique ambiante en faisant hurler le haut-parleur intégré de sa combinaison.

-Que personne ne bouge ! Le BK. Zeus est dorénavant sous notre contrôle ! Toute action inconsidérée entraînera des représailles immédiates !

Ceci eut l’effet escompté par le pirate. La dernière figure de défi était le capitaine Mathias en personne qui ne dissimulait pas son mépris à son endroit. Serghar pouvait sentir les afflux indésiré de drogue qui lui piquait la langue, il dû se mordre l’intérieur de la joue pour se faire revenir au calme. Il s’orienta d’un pas pesant vers l’officier commandant.

-Capitaine, je prends dès à présent le commandement. Je souhaite que vous nous communiquiez la position du chargement ALB-N que vous transportez. Je vous suggère d’éviter de me mentir pour le bien de votre équipage.

-Mon équipage ? Espèce de salaud ! Les caméras de la section 20-B8FC m’ont montrés le sort que vous avez fait à mon équipage ! Vous comptez tous nous éliminer ! Va chier pour que je te dise quoique ce soit.

-Je ne dispose malheureusement pas des moyens nécessaires pour assurer la survie de l’ensemble des membres de ce bâtiment, je ne peux me permettre de gaspiller des ressources à leur surveillance. De surcroît : vous vous méprenez sur le sens de ma requête capitaine, cela n’était que de la pure courtoisie. Un craquement sec survint lorsque Serghar vint appuyer ses propos en lui brisant la nuque. Toi ! Trouve-moi la position de ce chargement si tu ne veux pas être le suivant.

Le marin désigné horrifié s’affaira et communiqua l’information qu’il demandait, celle-ci fut immédiatement relayé à l’équipe 3. Dix minutes s’écoulèrent tandis que leur objectif était sécurisé, et les palettes contenant leur précieuse cargaison étaient transportée jusqu’à la nacelle d’évacuation par laquelle ils étaient arrivés. Serghar comptabilisa une vingtaine de mort mais il n’en avait cure. Les systèmes du vaisseau étaient quasiment à plat, l’équipe 2 ayant assuré son objectif de sabotage. Le cargo ne pouvait ni se déplacer, ni transmettre par radio, ils laisseraient derrière eux un tombeau flottant. Le mercenaire vérifia qu’ils étaient dans les temps et se décida à finir le ménage.

-Signature-thermique-dans-le-secteur-en-approche. Vaisseau-léger-classe-militaire.

L’androïde débita une série d’information qui força le capitaine Drake à reconsidérer la situation. Il n’attendait pas la venue de gêneurs aussi rapidement, ni d’un vaisseau de la F.I.D.S. Sans céder à la panique, il se décida à changer de plan. Embarquant les survivants du poste de commandement, il préférait s’assurer quelques otages avant de mettre les voiles. Son équipe était déjà prête au départ, encadrant leur magot qui trônait au milieu de la nacelle considérablement alourdie. Quelques uns des otages vomirent leurs tripes en voyant le sort qui avait été celui de leurs camarades. La nacelle s’arracha du cargo laissé à la dérive, et gagna le Hammer qui avait toujours été proche. Le vaisseau pirate, habilement dissimulé sur un astéroïde ouvrait sa large cale pour accueillir le retour de ses sanglants héros. Serghar eut un sursaut de fierté quand il posa pied sur son navire. L’opération avait été un franc succès : aucune perte et un chargement précieux à leur bord. Le tout avait été mené avec un sérieux et une précision qui ne déméritait pas avec leurs précédentes opérations de combat. Les tueurs du commando d’abordage faisaient étalage de leur fierté à grand renfort de cris et de mugissements, tandis que les otages étaient sommairement traités, relayés à fond de cale.

-Vaisseau en approche dans notre proche sillage, capitaine. Serghar se tourna vers son second à la face balafré qui lui tendait une tablette portable indiquant la venue de cet inopportun invité. Il fallait mettre les voiles, et vite. Le pirate n’avait aucune envie de se retrouver avec la F.I.D.S aux fesses, pas davantage que d’engager le combat.

-Mettez en marche rapide, quittons ce secteur en silence, je ne veux aucune bavure.

L’opération était toujours en cours, et une intuition désagréable soufflait à Serghar que le pire était encore à venir.


____________________________________________________________



[spoiler]
Spoiler:
 


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 23
Age : 28


Feuille de personnage
Métier : Officier Supérieur - Capitaine de corvette
Nébulite Nébulite: 500

MessageSujet: Re: [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch    Mar 10 Sep - 17:19

« Capitaine ?... »
Florentia se retourna sur sa couchette en grognant, assez pour activer son communicateur. Elle fit son possible pour ne pas avoir l'air trop endormie.
« Capitaine Keroeï. J'écoute.
- Désolé de vous réveiller Capitaine, mais on viens de capter une émission radio suspecte entre le S.S Nobless et le BK Deus : Un message de détresse d'une nacelle de secours du Nobless. »
Le Capitaine se retourna sur le dos et alluma la lumière de sa cabine. Elle activa le processeur de réalité augmenté de ses prothèses oculaires et constata qu'elle n'avait de toutes façon plus que vingt minutes de sommeil avant la fin de son cycle.
« - En quoi ça nous concerne ? Le Zeus refuse de porter assistance ? »
La jeune femme se leva et enfila son pantalon rapidement.
« - Non, mais Le Zeus est censé se trouver en cale sèche sur Marshall, et le Nobless n'a reçu aucun ordre officiel. »
Florentia s’immobilisa quelques instants pendant qu'elle était en train de mettre ses bottes.
« Sonnez le branle-bas et passez en silence radio. Relayez à la radio : Observation passive. J'arrive. »

Un peu moins d'une minutes plus tard, Florentia arriva sur le pont en achevant de fermer sa veste. Elle fondit droit vers la plateforme de commandement. L'ambiance était calme et concentrée.
« Rapport. »
Alors qu'elle se branchait aux systèmes de monitoring de son bâtiment par sa prise crânienne, elle écoutait son second lui dire que la navette de secours était en train de s'arrimer sur le transporteur. Ce dernier n'avait pas de plan de vol officiel enregistrer dans les archives de sa compagnie. La navette elle-même ne présentait rien de spécial, mais vus que seul une analyse passive avait été faite il était délicat de s'assurer que tout était vraiment normal.
Florentia ferma les paupières, qui s’illuminèrent d'une étranges lumière bleue rougeoyante quand ses prothèses oculaires passèrent en mode tactique.
« On passe en approche inertielle. Préparez l'artillerie pour une frappe EMP. Je veut des solutions de tirs en stand by sur tout ce que vous pouvez accrocher au radar passif. »
Les « A vos ordres » résonnèrent sur tout le pont. Le S.S Scavenger se mit en route d'une bonne impulsion de ses réacteurs, puis continua sa route avec la discrétion d'un astéroïde, grâce en soit rendue a la première lois de Newton.
Le Scavenger continua sa route, lentement et sans se presser. L'écoute des communication confirmait que la situation était bien ce qu'elle semblait être : des pirates en train d'aborder des contrebandiers. L'ironie de la situation était assez cocasse.
Le capitaine décida d'attendre : Elle préférait arraisonner un navire seul plutôt que deux, et peut importe le vainqueur il était plus sage d'engager un combat avec un adversaire encore affaiblis par son combat.

Un trentaine de minutes passa. La situation tournait clairement à l'avantage des pirates, et d’après ce que Florentia pouvait voir, ce n'était pas des amateurs. Elle allait devoir être prudente, c'est-à-dire efficace.

La jeune femme esquissa un sourire : le Scavenger fut repéré dés qu'il s'approcha assez prés pour que l'émission de chaleur minime de ses réacteur soit détectable. Les matrices de projection de réalité augmenté des yeux électriques de la jeune femme lui transmettèrent ce que l'officier radio venait de détecter : l'allumage de réacteur, appartenant vraisemblablement à un bâtiment dissimulé, et probablement le navire pirate. Florentia pris le risque, qui n'était pas très grand, et donna ses ordres. Elle fixa les coordonnées indiquée par ses processeurs et cligna deux fois de l'oeil gauche
« Timonerie : Réacteur à pleine puissance.
Artillerie : marquez le bâtiment que je viens de pointer au radar, sans dissimuler l’impulsion. Calculer une solution pour un tir de sommation.
Radio : Ouvrez une communication.
A tout l'équipage : Nous engageons le bâtiment pirate. »


Le capitaine planta ses pieds parallèlement dans la plateforme métallique et plaça ses mains dans son dos, le regard rivé sur la zone qu'elle espérait ne pas voir devenir une zone de combat.
La radio l'informa de l'ouverture du Canal de communication.

« Capitaine Keroeï du S.S. Scavenger, au capitaine du Navire non identifié s'étant rendu coupable de l'abordage du B.K. Zeus. Vous avez été pris en flagrant délit de piraterie. Mettez en panne afin que nous puissions mettre votre équipage aux arrêts, ainsi que procéder à votre identification et a un interrogatoire, où nous nous verrons obligé d'ouvrir le feu. Je vous laisse dix secondes pour annoncer votre reddition. Terminé. »

Puis, Florentia ajouta à l'adresse de son artillerie :
« Artillerie : Tir EMP sur leur générateur principal a mon commandement. »
Puis, elle se concentra sur son chronomètre tactique et observa les secondes défiler, prête à ordonner dés les dix secondes de délais passées.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Black Matter
J'habite sur Black Matter

Masculin Messages : 71
Age : 24
Localisation : Sur le pont de mon vaisseau


Feuille de personnage
Métier : Contrebandier/Pirate
Nébulite Nébulite: 2600

MessageSujet: Re: [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch    Jeu 12 Sep - 13:22


-Branle-bas de combat ! Tout le monde à son poste !

Cet appel n’avait pas résonné dans les coursives du Hammer depuis bien des années et Serghar avait appris à apprécier cela. Le martellement des bottes des marins, les cris d’agitation, et les hurlements des officiers : la musique annonciatrice de la guerre. Jusqu’ici le capitaine pirate jugeait qu’il jouait une excellente partition. L’équipage du pont de commandement ne leva pas un œil lorsqu’il entra pour prendre position sur son siège, se calant confortablement dans le creux devenu familier du cuir usé. Le pirate ressentait un étrange calme qui contrastait avec la situation actuelle. Ils étaient sur le point d’engager le combat avec un navire de la flotte du F.I.D.S. Peu importe comme il tournait cette phrase dans son esprit il ne parvenait pas à dissiper totalement l’agacement, plus que l’inquiétude, qui se trahissait en lui. Se frotter à un équipage civil d’un vaisseau cargo sans défense était une chose, mais un affrontement avec des militaires entraînés en était une autre. Et ils n’étaient clairement pas armés pour faire face à ce second cas de figure. Ils étaient des pirates : ils abordaient et ils fuyaient. Il n’était pas question de se battre à la loyale, surtout lorsqu’on commandait un vaisseau cargo de moyen tonnage grossièrement réarmé. Le Hammer faisait sa part du boulot : transporter, intimider et leur permettre une fuite rapide. Leur seul atout résidait présentement dans cette dernière qualité. Laid, de conception grossière, le vaisseau du capitaine Drake avait néanmoins pour lui une vitesse de croisière plus que convenable.

Leur bloc moteur fonctionnant sur le principe de la fusion nucléaire alimentait quatre gigantesques turbines de propulsion, de quoi mettre une distance plus que raisonnable entre eux et leur poursuivant. Serghar fronça les sourcils en tentant d’élaborer une échappatoire possible, considérant tous les éléments dont il disposait.

-Communication radio entrante mon capitaine.
Lui signala la voix féminine de son opérateur radio.

Serghar écouta en silence le ton sec et protocolaire du capitaine du S.S Scavenger lui indiquer quel sort on lui réservait. Rien de très nouveau, le capitaine pirate avait appris à connaître par cœur les protocoles d’intervention du F.I.D.S. Capturer plus qu’éliminer, on pouvait parier qu’il choisirait de les immobiliser, mais il n’allait pas prendre ce risque. Serghar était néanmoins tenter d’apprendre comme ce vaisseau avait pu se trouver si vite sur leur route. La malchance entrait souvent en ligne de compte après tout. Il ne pouvait pas jauger du caractère de cette femme capitaine mais il allait suivre sa stratégie habituelle : gagner du temps. Il hocha la tête en direction de son officier radio qui connaissait la procédure à suivre.

-Reçu S.S Scavenger, nous mettons en panne, retenez toute action offensive. Nous maintenons contact radio pour…afin…sur le point de…Malfonction…La jeune femme coupa les communications, arrêtant là sa simulation que le mercenaire espéra convaincante.

Pas de quoi leur sauver la mise, mais quelques secondes précieuses avaient été données. Une série d’ordre suivi, le temps jouait contre eux.

-Activation du champ magnétique à pleine puissance pour protéger le bloc moteur. Vitesse de pointe engagée, je nous veux à quelques milliers de kilomètres de cette menace. Préparez les systèmes d’armement : je veux les pièces d’interception prête à l’action à bâbord et tribord.
-A vos ordres capitaine. Champ actif. Pièces laser en chauffe. En avant toute pour point Alpha. Solution de tir pour vaisseau ennemi en calcul.

Serghar n’allait pas faire que fuir néanmoins, il lui restait quelques atouts dans sa manche, des précautions d’usage qu’il prenait pour toutes ses opérations. Les dites précautions en l’espèce consistaient une mine orbitale déployé sur l’astéroïde où le Hammer s’était posé en attente de leur proie, ainsi que des explosifs qu’ils avaient laissés à bord du B.K. Zeus. Des pièges qui pouvaient être aussi mortel pour eux que pour leur poursuivant. Le capitaine pirate s’attendait à une action très prochaine de son poursuivant, celle-ci n’était pas idiote, et le mieux qu’il pouvait faire était de lui donner matière à penser.

-Faites moi exploser les charges restantes sur le Zeus.

Les explosifs en question avaient été positionnés à des endroits stratégiques du Zeus : généralement utilisés pour les travaux miniers lourds sur des astéroïdes, ils étaient aussi redoutables contre le blindage que la roche. Pas de quoi faire exploser le cargo en son ensemble, mais de quoi le faire dériver et projeter dans l’espace quelques parties de sa structure.

Le Hammer s’éloignait déjà de l’astéroïde où il s’était placé quand les charges placées sur le vaisseau cargo détonèrent. Les explosifs à charge creuse ravagèrent la coque, les thermiques forant profondément créant d’immenses voies d’air. Les ponts inférieurs furent exposés au vide spatial qui aspira tout l’équipement se trouvant à bord, les projetant en dehors. Le vaisseau en son entier sembla s’affaisser sur lui-même quand les poutrelles de l’armature d’acier furent soumises à l’éther. Une portion de la soute se délita progressivement dans l’espace, étalant un rideau de débris qui s’éparpillèrent aléatoirement comme autant de torpilles improvisées et dangereuses.

Spoiler:
 



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 23
Age : 28


Feuille de personnage
Métier : Officier Supérieur - Capitaine de corvette
Nébulite Nébulite: 500

MessageSujet: Re: [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch    Ven 13 Sep - 16:59

Florentia saisit la rambarde qui séparait la plateforme de commandement du reste du pont. Un demi-sourire se dessina sur ses lèvres quand elle entendit la réponse du navire pirate se brouiller petit à petit. Une vieille technique qui avait l'avantage de mettre un bordel innommable dans les petits détails chiants des lois régissant les règles d'engagement. Mais il y avait toujours des moyens de contourner les lois.
« Radio : On a toujours un échos sur le ping de leurs radio ?
- Affirmatif capitaine.
- Transmettez au vaisseau pirate : Oscillez pour confirmer votre reddition. Terminé. »
Cependant, le capitaine Keroeï n'eut pas à attendre très longtemps pour avoir sa réponse. Le vaisseaux inconnus quitta son arrimage et entrepris de s'éloigner de l'astéroïde qui lui servait d’abri. C'était une manœuvre assez délicate à réaliser pour un vaisseaux sensé couper ses moteurs.

« Artillerie : Feu. »

La torpille EMP quitta son tube de lancement et vola droit vers le navire pirate. Cependant, son vol fut interrompu par l'explosion simultanée des charges de l'astéroïde et du transporteur, plus précisément par les débris qui interceptèrent la torpille.
Florentia jura entre ses dents. Elle avait voulu la jouer soft, et son adversaire n'avait pas joué le jeu. Mais elle n'était pas contrariante: si le capitaine pirate voulait la jouer sale, elle allait la jouer sale.

« Artillerie : Je veut deux solutions de tir anti-blindage sur leurs systèmes de survie, trajectoire en cloche à 10h/-45° et 2h/45°. Ordre de tir confirmé dés que les solutions sont calculées.
Pilote : Mettez-nous à couvert derrière le champ de débris. »


La destruction d'un système de survie était une des manœuvres que Florentia avait apprit au contact de la faune peu recommandable des docks, pendant ses permissions. Contrairement à ce que beaucoup de gens hors de l'aérospatiale pensaient, une vaisseaux sans système de survie était toujours opérationnel. Son atmosphère n'était plus renouvelée en oxygène, ce qui n'était en soit pas bien grave : Il suffisait d'endormir tout l'équipage, détourner l'oxygène vers le pièces à vivre du bâtiment et de ne laisser qu'un navigateur et un pilote éveillés pour trouver un endroit où réparer. Le gros problème, c'était la chaleur. Même dans le vaisseau le mieux isolé du monde, le froid glacial qui régnait dans le vide spatial finissait toujours par reprendre ses droits. Si on ajoutait à ça les multiples avaries que le Scavenger avait de bonnes chance d'infliger aux pirates si ils persévéraient a s'enfuir, et le fait que les deux bâtiments se trouvaient perdus au fin fond de l’espace, toucher les systèmes de survie était synonyme de victoire.

Le capitaine fut interrompu dans sa réflexion par l'activation quasi-simultanées des quatre tubes lances-torpilles du bâtiment. Elle observait par ses projecteur intra-occulaires les trajectoires de tirs des quatre torpilles, séparée en deux couple, qui s’appétaient à prendre le vaisseaux adverse en tenaille. Dans chaque couple, les deux torpilles se suivaient à une cinquantaine de mètres. La première servait à surcharger le bouclier du vaisseaux, et la seconde était celle qui infligeait les véritables dégâts. Bien entendu, les torpilles EMP ne causeraient que des dégâts superficiels et une paralysie réparable des systèmes. Mais d'expérience, Florentia savait très bien que c'était le genre de détail délicat à saisir quand on était la cible des dites torpilles. On avait tendance à toujours s'attendre au pire dans l'Espace : c'était une des condition pour y survivre. Et le plus gros avantage des attaques aux torpilles EMP était de transformer cet avantage en défault.

Florentia donna un ordre supplémentaire à son artillerie :
« Artillerie : Tir de Barrage au Mitrailleuse Laser. Surchargez-moi leurs bouclier, taillez un chemin dans les débits avec les tirs perdus, et donnez-leurs une raison de plus de paniquer. »
Les canons de proue se mirent à tirer vers le bâtiment pirate, ouvrant lentement mais sûrement un tunnel au travers du nuage de débris des explosions. Pour peu que le capitaine adverse tente un baroud d'honneur avant d'être touché, cette ouverture lente et sûre deviendrait bien plus rapide en plus de rester tout aussi inéluctable.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Black Matter
J'habite sur Black Matter

Masculin Messages : 71
Age : 24
Localisation : Sur le pont de mon vaisseau


Feuille de personnage
Métier : Contrebandier/Pirate
Nébulite Nébulite: 2600

MessageSujet: Re: [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch    Lun 16 Sep - 13:13

Il ne pouvait rien voir mais il pouvait deviner aisément le chaos spatial qui les entourait. Les vagues de débris éparses dérivant aléatoirement, l’odeur surchauffé d’ozone accompagnant le tir des lasers, le grondement d’apocalypse des canons mis en batterie et des traits d’énergie pure sillonnant l’espace intersidéral à la recherche d’une proie sur laquelle s’abattre. Pour Serghar les combats spatiaux, même les plus insignifiants, s’apparentaient toujours à un duel entre quelques dieux antiques, avec les étoiles comme témoins de la démonstration de leur fureur. Le capitaine pirate nota un pic d’énergie dans le secteur d’alimentation signe que l’officier machiniste avait pris l’initiative d’étendre au maximum leurs boucliers cinétiques, offrant une carapace protectrice au vaisseau. Manœuvre rassurante mais que le pirate savait n’offrir qu’une barrière au glacis bien mince face au torrent qui allait s’abattre sur eux. Le son funeste de torpilles en approche n’eut aucun mal à percer à travers le bruit cacophonique du pont de commandement. Les opérateurs de tirs faisaient rapport de leurs solutions de tir, Serghar pouvait sentir à travers son fauteuil le tremblement caractéristique de la mise en action des batteries lasers d’interception qui traçaient un sillage de destruction pour sauver le vaisseau des quatre engins de mort filant vers eux. L’immense holo-commande qui flottait devant ses yeux et qui lui permettait de suivre la progression des torpilles adverses les représentaient en d’inoffensives tâches lumineuses qui n’éclairaient en rien sur leur potentiel de destruction. Le capitaine Drake savait que son adversaire ne laisserait rien au hasard : boucliers, bloc moteur, et immobilisation. La procédure d’école standard ; il se sentait presque comme une cible de simulateur.

-Trajectoire d’esquive amorcée mon capitaine ! Nous continuons à creuser la distance avec notre poursuivant. Quatre signatures thermiques d’hostile en approche et détection de tirs laser en notre direction ! Boucliers en capacité à 92% ! Débris sur notre tribord.

Analyse, réfléchir, se décider. Les projections stratégiques se bousculaient dans la tête du pirate, les idées de riposte naviguant d’une synapse à un autre dans sa caboche conditionnée pour la guerre. Ils étaient plus pauvres en armement et bien moins protégés, leurs arrangements de fortune faisaient figure de rafistolage d’enfants face au vaisseau du F.I.D.S. La capitulation ne s’imposait néanmoins pas dans l’esprit du commandant, à défaut de faire preuve de puissance de feu il savait être vicieux. La ruse représentait une protection non moins honorable ici, et l’honneur était bien le dernier des soucis d’un homme qui venait de massacrer presque entièrement un équipage civil.

-Protégez nos systèmes de survie et le bloc moteur en priorité ! Préparez-vous pour impact ! Feu à volonté de toutes nos batteries laser ! Envoyez-moi une riposte par torpilles à protons et couvrez leur approche par une vague de missiles à concussion. Mettez nous en dehors de leur trajectoire.

Ses ordres furent promptement relayés, tandis que l’équipage se harnachait solidement à leur fauteuil. Nul ne se faisait d’illusion sur l’interception des torpilles, cela revenait à tenter de tirer avec un arc sur une balle en plein vol. Comme pour appuyer sa comparaison imagée le navire fut brutalement secoué comme un animal qui s’ébroue. Serghar ressentit une brusque tension sur ses cervicales alors que tout son corps était malmené par ce chambardement insupportable. Le crissement de l’acier se fit entendre, couvrant les hurlements des alarmes qui résonnaient dans toutes les coursives. *Un coup direct, peut être deux* évalua le pirate. La lumière s’éteignit brutalement comme si un magicien venait soudainement de jeter un drap de ténèbres. Les systèmes de secours prirent le relais et les lieux baignèrent bientôt dans une étrange et déconcertante lueur rougeoyante. La mise en place des systèmes auxiliaires étaient en soit une très mauvaise nouvelle, mais Serghar préférait y voir le point optimiste que leurs systèmes de survie étaient intact.

-Rapport des dégâts !
-Boucliers à 66%. Nos batteries ont interceptés deux torpilles ennemies. La charge explosive de la suivante, alliée aux tirs lasers adverses ont momentanément ouvert une brèche pour un tir EMP. Secteur d’alimentation et moteurs ont été touchés : nous sommes tombés à 48% de nos capacités. Perte de vélocité. Trois morts dans le quart arrière. Systèmes d’armement opérationnels.
-Etats de nos tirs. Continua Serghar, relayant toutes les informations et son cortège de nouveaux problèmes loin dans son esprit.
-Vague de missiles à concussion partit. Trois torpilles à protons lancées. Nos réserves en munitions s’amenuisent mon capitaine.
-Merci de ne pas me rappeler l’évidence. Riposta sèchement le capitaine pirate qui établissait l’évidence cruelle.

Il devait continuer à mettre des obstacles entre lui et sa poursuivante. Encore un peu et ils se trouveraient en dehors du secteur d’action du vaisseau de la F.I.D.S. Même Marshall avait une frontière, et celle-ci s’accompagnait d’un mandat d’action pour les vaisseaux de ses forces spatiales. Serghar savait qu’il ne devait pas trop compter sur le fait que son adversaire soit une acharnée du respect des procédures d’intervention, mais cela consistait en son unique point de lumière dans cette situation. S’ils continuaient à perdre en vitesse ils n’allaient pas survivre longtemps. Il s’adressa de nouveau à son officier en second.

-Déployer nos mines soniques vers les champs d’astéroïdes, calquer leur chronomètre de détonation pour le faire coïncider avec la progression de notre poursuivant. Visez leur quille.

Les mines soniques étaient trop petites pour être aisément détectés, et leurs détonations entraîneraient un surplus de débris qui leur offrirait un nouveau couvert pour leur fuite. Le point négatif était que l’onde omnidirectionnelle projetterait de ses débris dans leur direction également, une décision désavantageuse au vu de l’état de leurs boucliers, mais la palette de leurs choix d’action se rétrécissait.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 23
Age : 28


Feuille de personnage
Métier : Officier Supérieur - Capitaine de corvette
Nébulite Nébulite: 500

MessageSujet: Re: [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch    Mar 17 Sep - 15:28

Spoiler:
 

« Capitaine. J'ai une déperdition de chaleur de 30% au niveau de leurs réacteurs. »
« On est marqué au radar. Je compte au moins six torpilles en approche. »


Florentia sourit. Leurs moteurs étaient assez endommagé pour leur faire sortir un tir de masse. Pour le capitaine, cela s'apparentait à un geste de panique, où tout comme. A ce moment, Florentia hésita quelques secondes. Vu la perte de vélocité de son adversaire, elle avait la possibilité de faire une approche en cloche en évitant le champs de débris, mais ça impliquait de prendre le risque de perdre les pirates de vue si jamais ils avait un système de secours. Elle considéra ce risque supérieur à celui de ne pas traverser le champ de débris : les pirates était toujours meilleurs en mobilité qu'en agressivité. De plus, il était grand temps d'en finir.
« Pilote : Pleine puissance en direction du vaisseaux pirate.
Artillerie : Tir de barrage sur r=1000m focalisé sur la direction du vaisseaux pirate. Feu à Volonté dés que possible sur leurs systèmes d'armements jusqu'à neutralisation. »

La jeune femme fixa ses yeux sur sa cible, et passa en mode d'analyse. Elle commençait faire le vide dans son esprit, comme toujours dans une situation délicate. L'instinct et les automatismes acquis par l'expérience commençaient à prendre le dessus sur sa pensée consciente.

Le Scavanger s'élança dans la brèche du champs de débris. Les missiles à concussions ne posèrent pas vraiment de problèmes : malgré leur vélocité, ils était moins rapides que les tirs des mitrailleurs laser qui les faisait exploser bien avant qu'ils atteignent leurs cibles. Mis à part quelques débris qui rebondirent sur le bouclier d'enceinte comme de vulgaires micro-météorites, ils furent quasiment sans effets. Les trois torpilles à Protons posaient un peu plus de difficultés. Une première explosa juste après être entré dans le cône de tir de barrages, mais les deux restantes était passé bien trop vite derrière la ligne de feu. Mais l'artilleur du Scavenger connaissait bien son travail. Il envoyé une salve de tir sur un gros débris proche de la trajectoire, chauffant la matière de l'astéroïde et créant de fait un leurre. Une des torpille explosa contre cette nouvelle cible bien plus chaude et bien plus chaude que la corvette, mais la troisième fonçait toujours sur le vaisseaux au pavillon des F.I.D.S.

« Pilote : Rotation sur l'aile tribord au contact. »

La torpille Plasma avait passé depuis trop longtemps la ligne de feu des mitrailleuses. La parade n'était plus possible, ils allait donc esquiver. Toute l'idée était de ne pas paniquer, garder un vol fluide, et profiter du temps de latence des systèmes de guidage du projectile. Le Scavenger de déporta à Tribord au dernier moment, sortant de fait du champ des capteurs du projectile, assez pour que la torpille dépasse le vaisseaux.
La troisième torpille était gérée, sur le fils du rasoir. Florentia se laissa emporter par les effets combinés de son adrénaline et de ses endorphines.

Le Scavenger avait presque traversé le champs de débris, et tout l'équipage était prêt a fondre sur le bâtiment pirate quand les matrices de réalité augmentée connectée aux senseurs du vaisseaux lui pointèrent un élément étrange dans le champs de débris : un objets détecté par les capteur de visuels, mais pas par les autres. Elle savait très bien ce que c'était.

« Rétrofusée ! »

Le Scavenger inversa brutalement son accélération, ralentissant brutalement. Ils étaient bien trop prés de la première mine, mais assez pour reconnaît l'onde sonique avant qu'elle ne touche le vaisseaux. Quelqu'un cria « Soniques ! ». Florentia eut tout juste le temps d'arracher le câble de connexion de sa prise crânienne avant d'être projetée sur la droite par l'embardée du navire. Elle avait l'impression d'être soudainement devenue aveugle, mais entendit clairement un sons a la fois strident et grave résonner sur la paserelle. Elle se reconnecta de suite après l'explosion de la seconde mine, quant elle fut sûre que son bâtiment était hors de la Zone d'explosion des mines.
Son HUD lui indiqua un rapport d'avaries : Par chance rien de préoccupant dans l'immédiat. Leurs bouclier avait pris un Sacré Choc, mais ils était resté assez loin de l'explosion pour éviter le pire. Ce qui la préoccupait par contre, c'était l'alerte de proximité envoyée par les capteur de poupe. leurs perte de vitesse avait permis a la torpille a Proton de les marquer a nouveau, et elle revenait à la charge par l'arrière.
Le son provenait du poste radio, plus précisément du casque d'un Enseigne radio qui n'avait pas eut le temps de mettre son casque hors ligne. Le jeune homme n'avait pas dix-huit ans et tenait ses oreilles a deux mains. Mais Florentia n'avait pas le temps de s'en préoccuper.

« Pilote : Trajectoire de collision avec le Navire pirate. Chicane par le bas le plus tard possible.
Salle des machines : Mettez le réacteur principal en combustion complète.
Artillerie : Libérez-nous la voie. Préparez deux tirs EMP bâbords et tribord débrayés, largage a mon ordre et détonation dés notre sortie du champ d'effet. »


Le Scavenger se remis en route, émergent du champs de débris des mines soniques. Ses réacteurs crachaient à pleine puissance et la passerelle vibrait sous l'effet des moteurs tournants en plein régime. Derrière lui, la Torpille à Proton était encore loin, mais elle se rapprochait. Et Florentia avait une petite idée d'un couvert derrière lequel mettre son vaisseaux en sécurité.
La corvette fondit sur le vaisseaux pirate estropié, et l'esquiva par le bas, d'assez prés pour qu'on puisse sentir les bouclier grésiller l'un contre l'autre.
« Feu. »
Les deux torpille EMP sortirent des tubes avec une vélocité presque nulle, flottant vaguement de chaque coté du navire aux moteurs endommagés. Le Scavenger se replaça sur sa trajectoire, positionnant de fait un navire pirate entre lui et la torpille à Plasma, puis s’éloigna.

C'est à ce moment que l'artilleur sous les ordres du capitaine Kéroeï déclenchable la détonation des charges EMP.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Black Matter
J'habite sur Black Matter

Masculin Messages : 71
Age : 24
Localisation : Sur le pont de mon vaisseau


Feuille de personnage
Métier : Contrebandier/Pirate
Nébulite Nébulite: 2600

MessageSujet: Re: [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch    Sam 21 Sep - 21:57


Trop lent. Le constat s’imposait de lui-même. Le Hammer finissait par être victime de la propre limite de ses capacités. Serghar ne doutait guère que son équipage mettait cœur à l’ouvrage pour s’atteler aux réparations, mais les chiffres devant lui continuaient de lui indiquer que les chances de son navire de se tirer de ce mauvais pas s’amenuisaient à mesure que les minutes s’écoulaient. Les membres du pont de commandement s’abreuvaient chacun d’ordres, d’indications et de rapports. Fourmilière en ébullition, le navire pirate grouillait d’une activité débordante alors que chacun s’efforçait de le maintenir à flot. Le capitaine Drake était l’œil du cyclone au milieu du déchaînement qui avait lieu autour de lui. Un flot continu d’informations continuait de lui parvenir et aucune éclairci n’était à l’horizon. Son seul motif de se réjouir était que les grincements de la coque externe avaient cessés pour être remplacé par les plaintes moins aiguës des turbines à l’agonie. Le rapport d’état de leurs tirs était plus que négatif ; leur poursuivait les suivait avec toujours autant d’acharnement. Sans doute qu’il y avait eu des dégâts mais Serghar savait que ce n’était pas suffisant pour entamer la solide carapace de la corvette du F.I .D.S. Echo lointain de ses lectures passés, la comparaison lui vint soudainement de l’affrontement entre Goliath et David, un récit de l’ère proto-spatial. Cette fois-ci David n’allait pas se voir victorieux. Seule la torpille à proton qu’ils avaient largué à présent pouvait leur permettre de leur acheter le temps nécessaire pour mettre un peu plus de distance entre eux et l’ennemi. Un espoir bien mince et si futile que Serghar avait du mal à étouffer la violence qu’il éprouvait envers lui-même. Des mois de préparation qui étaient tout simplement mis à terre par l’intervention d’un unique gêneur.

Comme sensible à l’état d’esprit de leur capitaine, l’équipage du pont s’acharna à restaurer l’état du navire. Les boucliers étaient de nouveau opérationnels et on brûlait les dernières cartouches laser à essayer de tenir éloigner la corvette. Regard fixé sur l’écho lumineux de la torpille, le capitaine pirate l’abreuvait mentalement de toutes ses prières de réussite. Un comportement qui reflétait bien le désespéré de la situation. Leur poursuivant n’adoptait néanmoins pas la procédure d’esquive standard. Jusqu’à présent le capitaine adverse avait joué à merveille la partition du parfait petit officier de l’académie, pourquoi changeait-il soudain sa trajectoire ? La nouveauté en combat spatial n’était jamais bon signe, surtout lorsque cela s’alliait avec un vaisseau presque immobile. Ils étaient une cible parfaite, et s’il y avait bien un qualificatif que Serghar n’aimait pas se voir attribuer c’était bien celui-ci.

-Navire ennemi en approche à travers le champ capitaine ! Ils vont nous éperonner ! Releva avec une panique contrôlée l’officier radar, son regard levé suppliant de recevoir son ordre d’esquive.

Non. Ce n’était pas cela. Ce capitaine n’était pas aussi grossier. Il n’avait pas mené son combat à distance de cette manière pour se jeter bêtement sur eux alors qu’il avait l’avantage. Cette manœuvre lui était familière. Horriblement familière. C’était un schéma d’approche qu’il suivait lui-même dans ses « opérations », une approche de contact pour l’abordage. Brisant son calme légendaire il haussa le ton, motivé par l’urgence du moment. Il devait à tout prix la catastrophe qui s’annonçait. Serghar n’était pas un prescient mais il lui était aisé de deviner le résultat qui allait subvenir si le vaisseau adverse délivrait une bordée pratiquement à bout portant. Les boucliers étaient levés mais la différence ne se ferait pas sentir à cette distance.

-Batteries laser feu à volonté ! Ne les laissez pas s’approcher de nous.

L’alerte funeste signalant deux torpilles en approche lui vrillèrent les tympans. Un sursaut d’espoir survint chez le pirate lorsque l’ordinateur de bord identifia les engins comme des engins EMP dont la vitesse en faisait une cible aisée pour leurs batteries d’interception. Etait-il possible que leur ennemi ait fait une erreur aussi grossière ? Serghar fut rapidement détrompé dans son espérance. L’explosion de la torpille balaya les boucliers dont la restauration de fortune ne résista pas à un choc direct de cette ampleur. Avant de basculer avec le reste du pont, le pirate ressentit la pleine et entière amère ironie de succomber à une de ses propres torpilles. Les câbles de tensions sortirent de leur logement, des chutes de pressions inondèrent les lieux de fumées. Le pire était encore à venir. Les engins EMP qui avaient suivis leur cheval de Troie achevèrent le massacre de la bête blessée. Un silence assourdissant tomba sur l’ensemble du navire avant qu’un concert de bruits nouveaux et de mauvais augure ne vinrent résonner. L’éclairage avait été mouché et les ordinateurs de bord complètement cramés par l’onde électromagnétique. Le Hammer avait été transformé en cercueil d’acier flottant dans l’espace à la merci de leur adversaire. Pour le pirate il n’y avait néanmoins pas de temps à perdre à se morfondre dans la défaite, il avait encore le pouvoir de sauver ce qu’il lui restait. Se détachant avec rage de son harnais pour reprendre contact avec le pont, il s’équipa des lampes torches de circonstance, accompagné par deux membres d’équipage. Activant l’ouverture manuelle de la porte il pu constater de ses propres yeux l’ampleur des dégâts.

Une partie de la coursive bâbord s’était effondré et des poutrelles perçaient de part en part. Des grésillements mourants de composants électriques venaient ça et à là émaillé la cacophonie métallique et  humaine des environs. Serghar pouvait au moins mettre au crédit de son équipage son professionnalisme. Des rapports d’évaluation continuaient d’être établis à voix haute, relayés d’un bout à l’autre du vaisseau. Une précaution inutile au vu de la situation qui était plutôt évidente, mais on pouvait trouver une sorte de réconfort dans la routine de la procédure. Les yeux s’attardaient néanmoins sur la silhouette agressive du capitaine Drake qui s’orientait vers la soute du cargo où se trouvait le fardeau qui leur avait valu ce désastre, et également peut être l’objet de leur salut. Le cortège s’agrandit bientôt d’un certain nombre de membres d’équipage. Désœuvrés pour la plupart, ou en attente d’ordres. La soute accueillit bientôt une grande part des hommes qui avait combattu quelques minutes plus tôt. S’y trouvait également les six membres du B.K. Zeus qu’ils avaient capturés. Des prisonniers. Des otages. Une monnaie d’échange. Serghar les fixa d’un regard vide, son visage habité par la froideur d’un masque mortuaire.

-Monsieur K. avons-nous un système radio encore opérationnel ?
Dit-il en s’adressant  à son opérateur radio sans le regarder.
-Nous en avons un de secours qui fonctionne sur une batterie autonome mon capitaine. Répondit-il en devinant son dessein.
-Transmettez sur toutes les fréquences, pour que nos amis du S.S. Scavenger puissent recevoir cet appel. « Nous détenons à bord six membres de l’équipage civil du B.K Zeus. » Serghar tendit le micro au premier des détenus en l’obligeant à révéler son identité pour corroborer ses propos.
-Je suis Arcker Thomas, matelot à bord du B.K. Zeus et…et je ne veux pas mourir ! Le pirate reprit le micro, satisfait de cette dernière touche dramatique inattendue mais qui ne pouvait que leur profiter.
-Vous avez entendu capitaine ? Il ne veut pas mourir, et je suis certain que c’est le cas de ses camarades, je serais très navré de devoir les contrarier dans leurs espérances. Vous allez nous accorder un sauf conduit jusqu’à la sortie de la zone de mandat de la colonie Marshall. Toute tentative de votre part pour récupérer les otages se soldera par un sort funeste à leur encontre. Je vous donne six heures pour vous décider, si aucune réponse ne nous parviens nous exécuterons un otage toutes les heures.

Cela pouvait marcher, et dans l’état où ils se trouvaient il était prêt à aller jusqu’au bout de sa démarche. La peine capitale était le sort qui attendait la majeure partie d’entre eux de toute manière en cas de capture. Serghar pouvait toujours compter fuir avec le noyau dur de ses hommes, les anciens de son commando, pour laisser les autres derrière comme appât ou pour contenter l’appétit de gloire de leur adversaire au cas où. Six heures leur laissait également le temps pour faire des réparations de fortune.

-Vous avez livré un combat honorable capitaine. Ne salissez pas votre réputation en laissant mourir six innocents.

Un petit supplément qui lui donnerait de quoi réfléchir sur la question songea le pirate en coupant la liaison radio. Les hommes approuvèrent silencieusement par un hochement de tête ou un regard compris. Les caisses d’armes et de munitions s’ouvraient et déjà l’équipement circulait de main en main. On pouvait peut être à un abordage et dans ce cas là tout le monde était décidé à offrir un dernier baroud d’honneur.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 23
Age : 28


Feuille de personnage
Métier : Officier Supérieur - Capitaine de corvette
Nébulite Nébulite: 500

MessageSujet: Re: [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch    Dim 22 Sep - 12:12

Serghar Drake a écrit:
-Vous avez livré un combat honorable capitaine. Ne salissez pas votre réputation en laissant mourir six innocents.
Le Scavenger, profitant de sa maniabilité, avait viré en épingle après sa manœuvre et se tenait désormais à bonne distance du navire pirate.
Le Branle-Bas était toujours effectif : Pour Florentia, tant qu'un vaisseau n'avait pas évacué un nuage de flamme en décompressant son atmosphère interne, il représentait toujours un danger. Une solution de tir était prête pour donner le coup de grâce, et un faisceaux laser de communication était en train d'être déployé pour ouvrir une ligne sûre avec les pirates. La radio mit un peu de temps à déployer le système : un message longue portée venait d'être envoyer pour arraisonner le bâtiment pirate.

Pour sa part, Florentia venait de s'accouder à la rambarde de sa plateforme de commandement. Elle était désappointée. Elle sortait d'un beau combat, et maintenant venait la partie qu'elle n'aimait pas : négociation et politique.

« La Communication est stabilisée ?
- Oui, Capitaine.
- Alors transmettez : »

la jeune femme se redressa et prit son inspiration. Elle n'était plus un capitaine désormais, juste un agent des F.I.D.S. Elle n'avait pas envie de s'éterniser sur ce rôle.

« Ici le Capitaine Keroeï du S.S. Scavenger, au capitaine du Navire Pirate. Tuez les otages maintenant : Sans système de survie, c'est votre solution la plus viable. L'équipage du BK. Zeus n'a, comme vous devez le savoir, reçu aucune autorisation de vol officielle. Ce qui signifie que je ne suis pas tenue par mes ordres de leurs venir en aide. »

Florentia laissa un petit temps de flottement. Elle haïssait ce qu'elle faisait, mais c'était la procédure : les six "Innocents" qui avait eut la malchance d'être pris en otage s'était engagés de leurs plein gré sur un bâtiment de contrebande, ce qui impliquait un risque d'abordage et donc de mort violente. Elle savait très bien qu'il n'était probablement que des jeunes avides d’aventures où de crédits faciles. Le genres de gamin qui ferait de très bonnes recrues. Mais l'humanité était en guerre, et il n'y avait pas vraiment de place pour la pitié quant des soldats se faisait bouffer par des Xoïdes à quelques AL d'ici. Sans compter bien sûr que tout cela pouvait être un autre piège.
Florentia reprit sa communication Radio.

« Cependant, Sachez que la prise en otage d'un équipage, qu'il soit légalement constitué où non, constitue un crime de guerre ce qui m'autorise à détruire votre bâtiment. Vous êtes un bon capitaine, qui que vous soyez, et même si je considère à titre personnel que vous abattre comme un chien serait un sacré gâchis, nous sommes en guerre mon ami. De fait, je n'ai pas le temps de m'occuper de ce genre de conneries de négociation. Tuez vos otages maintenant que je puisse faire exploser ce qui reste de votre bâtiment, où bien éjectez-vous dans une capsule qu'on vous récupère pour identification et interrogatoire. Si vous n'êtes pas à mon bord dans cinq minutes, peut importe les messages radio reçu je considérerait les otages exécutés et j'ouvrirait le feu. Terminé. »

Une fois la communication coupée, Florentia se tourna vers son artilleur
« Préparer un tir N2 sur le bâtiment pirate. Tir a mon commandement. »

Comme elle l'avait apprit quand elle était enseigne, il ne fallait jamais bluffer si on n'avait pas la possibilité d'assumer ensuite.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Black Matter
J'habite sur Black Matter

Masculin Messages : 71
Age : 24
Localisation : Sur le pont de mon vaisseau


Feuille de personnage
Métier : Contrebandier/Pirate
Nébulite Nébulite: 2600

MessageSujet: Re: [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch    Mar 1 Oct - 21:48

Le meilleur des choix sur le champ de bataille est souvent celui le moins aimable pour l’ego. Serghar méditait cette maxime de guerre alors qu’il dérivait vers le vaisseau de la F.I.D.S selon une trajectoire elliptique, se positionnant dans un couloir d’approche aidé uniquement des faibles rétrofusées de l’engin précaire. L’équipage avait accueilli avec une résignation teintée d’un soulagement silencieux sa décision de se rendre. Il savait ses hommes les plus proches prêts à mourir, la dégénérescence de leurs corps modifiés était déjà en soit une sentence de mort, mais le capitaine Drake refusait de provoquer cet immense gâchis. Aucune sensiblerie là dedans, juste le désir de ne pas envoyer à la mort de bons soldats et des camarades loyaux. Des éléments précieux et rares dans cette galaxie impitoyable. Néanmoins il n’était pas certain que le sort qui s’offrait à eux allait être bien meilleur que la mort. Le pirate avait fait les comptes : la plupart iraient en cryo-prison pour une période de temps plus ou moins longue, le reste serait condamné à l’incorporation au sein de régiments disciplinaires, et pour ceux de sa sorte le peloton d’exécution. Les mâchoires impitoyables de la justice militaire ne relâchaient jamais des hommes comme lui. Se plier aux exigences de ce petit fonctionnaire sur son vaisseau piquait au vif sa fierté, mais il n’était pas de ces idiots prétentieux qui ne savent pas reconnaître la défaite. Il s’était donc plier aux requêtes, les otages à son bord, ainsi que deux de ses lieutenants et Iggy. La barge de sauvetage semblait presque trop petite pour autant de monde, et de fait elle n’accueillait qu’avec peine les corps compressés de ses occupants. Serghar évoqua brièvement la possibilité que celui-ci se transforme en son cercueil. Un rictus cynique apparu derrière son masque imposant, invisible aux yeux de tous.

Allait-il livrer son dernier combat ? Un ultime abordage dans un baroud d’honneur sanglant ? Non. Hautement improbable. L’instinct de survie était trop férocement enraciné chez cet homme forgé par une vie d’adversités. Il n’était pas à son premier revers et il était encore temps de renverser la situation et d’en retirer quelques maigres avantages. Sa vie sauve et libre en faisait partit. Jetant un bref coup d’œil à travers le hublot sale et mouchetés du véhicule il pu constater de l’énormité du bâtiment qui avait été son poursuivant. Une armature d’acier construit pour la guerre, hérissés de canons, et percés de lance-torpilles. Aucune finesse dans la ligne, on le devinait aussi robuste que redoutable. Serghar avait à présent une idée assez précise de ses capacités et il pu constater avec un certain mécontentement qu’il était pratiquement intact. Les quelques portions de coques calcinés superficiellement n’étaient guère en proie à éveiller son enthousiasme, surtout s’il portait la comparaison avec son propre bâtiment. Un des otages couina de peur, ramenant son attention dans la cabine exigüe. Une mandale mécanique d’Iggy lui intima le silence. L’homme avait toutes les raisons du monde de ne pas se sentir à l’aise. Avec autant d’explosifs attachés autour du corps Serghar aurait aussi été nerveux. De la Nebulite brute, avec un subtil détonateur inoffensif séparé de la matière minérale et donc probablement indétectable par les senseurs. La matière ne devenait instable que soumise à un stimulus physique puissant, en d’autres mots un explosif.

Le capitaine Drake espérait ainsi se donner quelques cartes supplémentaires pour les négociations qu’il allait s’apprêter à lancer. De gré ou de force il allait imposer une discussion à ce capitaine insolent. La barge s’orienta péniblement vers un hangar du vaisseau probablement aménagé pour l’occasion. Le véhicule toucha durement le sol, raclant dans un bruit d’acier épouvantable. Les capsules de sauvetage n’avaient guère pour fonction première de faire des atterrissages en douceur. Serghar enclencha les projecteurs de l’appareil pour illuminer la zone avant d’enfoncer brutalement l’interrupteur d’abaissement des rampes. L’androïde fit une fois encore illustration de son humour détraqué en levant un bras grinçant vers l’extérieur, sa voix crachotante.

-Les-femmes-et-les-enfants-d’abord ha-ha-ha-ha.

Le pirate l’ignora et emboîta le pas, poussant les otages rétifs vers l’extérieur. Ses lieutenants vinrent l’encadrer. Ils n’étaient pas venus sans arme, même s’il supposait qu’on les préférait en position de pleutre aux bras levés, Serghar préférait adopter la position du négociateur. Potentiellement il pouvait toujours détruire son bâtiment dans son ensemble. Il y avait encore suffisamment d’hommes qui lui étaient fidèles et décidé pour mettre à exécution son dernier ordre. Le pirate mercenaire était d’accord pour périr dans le carnage, à défaut de la gloire et de l’honneur, mais pas pour terminer son existence sur une chaise d’exécution endossant les crimes d’une colonie qui refusait de reconnaître son passé.

-Je suis le capitaine Serghar Drake, commandant du Hammer ! Je viens demander des pourparlers pour négocier les termes de ma reddition. La présence des otages sont un gage de ma bonne volonté.

Une bonne volonté bourrée d’explosifs mais que personne ne pouvait pour le moment ni voir ni détecter à cette distance.


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 23
Age : 28


Feuille de personnage
Métier : Officier Supérieur - Capitaine de corvette
Nébulite Nébulite: 500

MessageSujet: Re: [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch    Mer 2 Oct - 21:04

Florentia décrispa ses poings en recevant la communication radio. Le nom lui disait quelque chose, mais elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus.
« Artillerie : Restez en Stand By.
Radio : Guidez-les pour l'arrimage et envoyez-moi tout ce qu'on a dans les archives sur ce Drake.
Quartier-Maitre : Prenez le commandement du pont. »


Elle se débrancha et tourna les talons pour prendre le chemin du hangar du Scavenger. Alors qu'elle marchait dans les couloirs, elle ouvrit une communication interne.
« Ici le Capitaine Keroeï. J'ai besoin d'une équipe de sécurité au hangar. Terminé. »

Elle était en train de descendre une échelle quant son officier radio la contacta.
« Monsieur, il y a un truc étrange avec les archives. D’après les archives du F.I.D.S, le capitaine Serghar Drake est des nôtres, et il est mort. »
Florentia s'immobilisa dans le couloir et leva les yeux vers le haut, à défaut d'avoir un ciel à regarder. Elle savait qu'elle avait déjà entendu ce nom quelque part : c'était un des membres de l'initiative Wolfjager, et de grosses emmerdes en perspective si c'était bien lui.
« Transmettez-moi son dossier. »

Elle arriva dans le hangar où trois hommes armés l'attendait. Elle se plaça entre eux et entreprit de parcourir rapidement le dossier de ce Sergar. Ce qu'elle y lut confirmait à peu prés ce qu'elle avait supposé : Un ancien de l'infanterie au service de Léviathan, avec des états de services exceptionnels devenus gênants après la paix. Un exécuteur des basses œuvres de l'armée qui s'est trouvé être le coupable idéal une fois ses hauts faits devenus trop proches de crimes de guerres pour l'Opinion.
Florentia ordonna à ses hommes d’évacuer le hangars, de sceller les portes et de se tenir prêt a dépressuriser.

La jeune femme se mit au repos, sons pied droit coincés sous une des barres des caillebotis, et attendit que la capsule du capitaine pirate s'arrime et que ses occupants pénètrent dans le hangars. A titre personnel, elle commençait à respecter le pirate à défaut de l’apprécier : il se battait bien, ne lâchait rien, et surtout elle aurait très bien pu se retrouver à sa place si elle n'avait eut moins de chance.

La porte coulissante du sas d'arrimage s'ouvrit sur le capitaine Drake, ses otages, et une mauvaise surprise en la personne d'un androïde de combat. Mauvaise autant par le peu de plaisir que Florentia en tirait que par le fait qu'elle s'y attendait un peu.
Les années n'avaient pas étés tendres avec le capitaine rebelle, mais elles ne l'avait pas brisé. N'importe qui aurait remarqué son masque respiratoire, relique d'une période presque antique de ce qui avait du être l’ancêtre du programme de reconstruction dont avait bénéficié la jeune femme. Mais c'était ses yeux que Florentia remarqua. Il n'avait pas une once d'hésitation où de questionnement dans son regard. Peu importe qui recevait des ordres donné avec ses yeux ne pouvait pas faire autrement que de les exécuter, convaincu de leurs qualité uniquement par l'assurance des deux iris.
Les yeux du capitaine du Scavenger étaient un peu comme ça, mais c'était surtout consécutif au fait que ses iris mécanisés n'étaient pas vraiment assez expressifs pour laisser voir ses doutes.

Elle passa ses mains dans son dos, les croisants au niveau des poignets, afin de pouvoir rapidement transmettre ses ordres en les signants aux hommes qui l'observaient de l'autre coté des hublots des portes du hangars.

« Bienvenus à bord, Capitaine Drake. Avant toute chose, il ne sera pas nécessaire de dissimuler vos armes ni de tenter de prendre le contrôle de mon bâtiment de l'intérieur. J'ai eut le temps de parcourir votre dossier pendant votre approche et je ne me fait pas d'illusions sur vos chances de réussir. Vous pouvez essayer, mais sachez qu'au premiers geste hostile de votre part les grosses portes nous séparent du vide s'ouvrirons.
Ensuite, je tiens à m'excuser à titre personnel pour ce je viens d'infliger à votre bâtiment. »


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch    

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV Florentia Keroeï] Welcome to the Punch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Repro moderne d'un Florin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Extended Odysseus :: Espace :: Le Grand Noir-