Optimisé pour
facebooktwitter



 
Pensez à faire des Demandes RP si vous voulez jouer !

Partagez | 
 

 La clé de la victoire...[Malena, Lis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 34
Age : 24


Feuille de personnage
Métier : Sergent, Chef mecano
Nébulite Nébulite: 550

MessageSujet: La clé de la victoire...[Malena, Lis]   Mar 13 Aoû - 17:35

C'est le ravitaillement. Je le sais aussi bien que quiconque si ce n'est même plus. La logistique, la maintenance, le ravitaillement, c'était la première fois que je devrais gérer tout ça à la fois sur une entreprise de cette envergure, mais ce n'est pas vraiment un problème. Le seul soucis, c'était que toute seule, j'avais eu un peu de mal à me faire respecter d'une petite équipe, alors sur tous les hommes des équipes de maintenance de Léviathan. Heureusement, les autres chefs mécano, ingénieur et les équipes médicales m'aidait énormément. J'attrapais un bloc pour compter le nombre de caisse de munitions, d'armure, de tentes et de nourriture qu'embarquait le petit cargo devant moi, signant la feuille et hurlant à pleins poumons.

-" Okay les gars, je veux que tout soit emballés comme si vous prépariez un joli paquet cadeau pour votre fiancée! Je veux que le cargo soit rempli à son maximum, et que rien ne soit oublié. Les gars en bas auront besoin de tout ce que nous pouvons leur envoyer. Vous là, les 5 glandeurs, dans le transport, j'ai pas besoin d'ouvrier du bâtiment sur ma baie, mais en bas on a besoin de vous pour l'avant-poste! Allez au boulot au lieu de me regarder en gobant les mouches!"

Frappant dans mes mains, je regardais tout ce petit monde s'agiter, monter dans les assistants mécaniques pour déplacer certains poids, d'autre pour les charger dans des cargos plus gros pour les sortir une fois en bas. Heureusement que les gars sont tous 200%. Mais c'est normal vue l'excitation qui règne sur toutes l'expédition avec cette mission. Mais ils restaient des militaires pour la plupart, et ils savent aussi que j'ai la tête froide car je penses à ce qu'on peut très bien trouver d'hostile en bas.

Me tournant vers les 6 chasseurs d'escortes en attentes des prochaines navettes, j'étais presque furieuse d'apercevoir qu'un de nos pilotes risquait de partir avec une maintenance faite à la va-vite au vu des outils laisser à côté de l'appareil. Jurant, je pointais du doigts un officier intendant en criant, lui faisant signe d'approcher pour lui donner l'ordre de gérer la cargaison médicale et le transport des médecins militaires et civils, me dirigeant vers le chasseur, ouvrant ma veste et l'attachant par les manches autour de ma taille. Vérifiant l'appareil, rien n'était catastrophique, mais je continuais à m'occuper du vaisseau. Je voulais que tout soit parfait et ça le serait.

Ressortant de ma frénésie de mécano, je quittais l'appareil avec une magnifique queue de cheval toute propre, et un visage légèrement salis et en sueur, un débardeur tâcher d'huile de moteur. Je reprenais mon bloc et m'occupait de vérifier le travail de l'officier intendant. Tout était bon, je pouvais envoyer le prochain convois. C'était déjà un convoie de moins à gérer. Je devais aussi vérifier que les autres baies étaient dans les temps et n'avait pas de problème.

-" Allez les marsouins, on se grouille de tout embarquer et on quitte la baie! Je veux pas voir un seul d'entre vous, civils comme militaires, aspirés dans l'espace lors de l'ouverture de la baie! Et je vous préviens, une fois que la baie est de nouveau disponible, vous me ferez le plaisir de ranger votre bordel pour le prochain arrivage de navettes! "

Sortant en dernière, je me dirigeais vers le communicateur pour savoir si les autres baies s'en sortaient bien. Apparemment, un problème avait eu lieu entre un garde et des civils, vite régler, mais on était à l'heure. J'entendis le bruit sourd et soudain de l'ouverture de la baie, l'air absorbé par l'espace, les vaisseaux décollant et quittant la baie faisait vibrer le vaisseau. Je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que j'aurais pu faire toutes autres choses à ce moment précis...

Me retournant, je comptais le nombre de civils et militaires que je devais encore envoyer sur la planète, et le nombre de cargaison à envoyer avec eux.... ça faisait encore beaucoup de travail. Soupirant, je me dirigeais vers mon "bureau" improvisés sur le moment, composer d'une table, de plusieurs feuilles d'intendance et de tâches de café. Je devais attendre que la baie soit de nouveau pressurisée avant de pouvoir reprendre le boulot. Et je commençais à sentir les problèmes de devoir presque tout gérer toute seule : Certains hommes s'engueulaient, se marchaient dessus, s'insultaient... Alors j'aboyais, je hurlais, j'ordonnais. Mais je n'allais pas pouvoir tenir toute une journée comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 152
Age : 26


Feuille de personnage
Métier : Chômage ?
Nébulite Nébulite: 150

MessageSujet: Re: La clé de la victoire...[Malena, Lis]   Mer 14 Aoû - 14:17



      Une boule de feu la frôla, puis une seconde. La chaleur ardente effleurait sa peau nue à de nombreux endroits. Le regard clos, elle n’avait nul besoin de se regarder danser avec ses bolas. Ces mouvements, elle les avait tant répétés, tant travaillés qu’ils étaient comme gravé dans son corps et sa mémoire. Sur que  si elle avait un jour un môme braillard il saurait jongler. Enfin p’t’être pas mais dans l’idée c’est un peu ça.

Un bout de papier était scotché au mur qui lui faisait face, et la narguait à chaque fois que son regard se posait dessus. « Foutu débile décoloré ! » jura-t-elle pour une énième fois.  La verte était hors d’elle, en rogne contre Jack, dans une colère qui ne voulait désenfler. Durant des jours elle avait tout essayé pour convaincre le colosse de l’amener avec lui sur cette nouvelle planète. Elle avait essayé le chantage, l’envoi de fausses lettres de menaces, de le soudoyer, de l’acheter avec de la nourriture, de laisser son lémur le chatouiller, de grimper en douce dans son AS, et un paquet d’autres conneries. Elle l’avait harcelé des heures et des heures durant, nuit et jour pour qu’il cède, mais non. Bien sûr il avait prévenu ses hommes au préalables, et le petit lutin n’eut pas plus de résultat de ce côté. Le doc alla jusqu’à la menacer de la sédater pour la faire tenir tranquille le temps du départ, mais elle n’avait jamais écouté ce vieil homme, pas même quand il avait raison. Tout ce qu’elle avait obtenu dans ce combat inégal, c’est un putain de morceau de papier !

Lis n’en avait que faire de la logistique ! Oui c’était une humaniste, oui c’était une utopiste et une rêveuse au grand sens humain, mais là… Là elle voulait juste poser un pied le plus vite possible sur cette nouvelle planète.  C’est un peu comme si elle avait une petite idée de ce que fut la terre il y a longtemps. Elle voulait voir une terre sans rien d’artificiel dessous, sans hologrammes non plus. Ce serait surement moins beau, plus sombre car après tout ces débiles d’insectes avaient posé leur sales pattes dessus, mais ce serait vrai. La fée verte esquissa un sourire malicieux et plein de conneries. Elle ne savait pas où elle allait tomber, ni avec qui mais s’esquiver pour descendre  le lus vite possible n’avait rien d’impossible. La verte fit ralentir ses boules de feu, et coupa le combustible pour les éteindre. Elle était calme et déterminée.  La petiote récupéra le papier d’un geste sec et le rangea dans sa combi de travail.

Depuis qu’elle avait été sauvé par le décoloré, elle avait commencé un apprentissage en programmation. Et vu que c’était boulot, elle avait laissé ses sarouels et ses fripes de hippie au placard. Lis s’était faite quelques combinaisons taillées dans le même tissu que les tenues officielles de l’IMS, sauf qu’elles n’en portaient pas le symbole. Le noir de la combi était relevé par des détails vert émeraude et turquoise le long des coutures par exemple. Un coup d’œil à son pad, elle était dans les temps. Lis balança son sac sur son épaule gauche et abandonna sa piole. Son lémurien sauta sur son épaule pour se lova dans sa chevelure verte. Lis ria et attrapa la bestiole bicolore et frotta le bout de son nez contre la petite truffe froide.

« Tu t’es encore fait la malle sale bestiole va ! Tu ne peux pas venir avec moi je te l’ai déjà dis. Faut que tu gardes le vaisseau avec le doc. »

Pour toute réponse, le lémur lui asséna un coup de langue sur la joue, ce qui fit rire sa maitresse bien évidemment. Elle le ramena dans le repaire du vieux, donna quelques caresses à sa boules de fourrures, ignora les remarques ronchonnes du doc et quitta le vaisseau. Total, la verte arriva forcement en retard au lieu de rendez-vous. Arriver au hangar c’était une chose, trouvez la personne qu’elle devait voir s’en était une autre, une certaine Parks. Lis déambula dans le hangar, galvanisée par l’effervescence ambiante. Les hommes allaient et venaient en criant dans tous les sens, les machines grondaient comme étant toutes aussi impatientes de décoller que leurs pilotes. Partout ça vérifiait les stocks, les rations, les régalages… Un joyeux bordel quoi. Plusieurs fois on la bouscula sans même la voir mais elle ne s’en formalisa pas le moins du monde, parfois elle ne savait même plus ou elle zonait. A côté de ça, les opérations que menait l’orga de ses parents étaient sans comparaisons. A quoi allait-elle servir franchement dans un bordel pareil ?

La découverte du bureau de Parks coupa court à son questionnement. Total du retard accumulé : 25minutes, vachement bien pour commencer. Elle souffla sur une mèche qui lui tomba dans les yeux et toqua avec un sourire amical.

« Salut moi c’est Li…. Hum excusez moi… »

La verte se tortionna, farfouilla dans son sac, ouvrant chaque poche pour retrouver la missive de Jack, pour enfin se souvenir qu’elle l’avait glissé dans sa combi pour ne pas l’oublier. Nice job ! Elle lui tendit le papier un peu froissé avec un petit sourire géné.

« Hum … Désolée. Je viens de la part du capitaine Fang, pour vous..aider. »

Malena Parks était un petit bout de femme grosso modo de la même taille qu’elle, ce qui était plutôt rare. Elle n’avait pas spécialement l’air de se laisser marcher sur les bottes, ni d’être spécialement spontanée et chaleureuse. Tant pis, Lis avait assez d’entrain pour compenser celui des autres. Elle lui tendit une main volontaire avec un grand sourire, se moquant éperduement dans mains sales de son futur patron.

« Contente d’être là !»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 34
Age : 24


Feuille de personnage
Métier : Sergent, Chef mecano
Nébulite Nébulite: 550

MessageSujet: Re: La clé de la victoire...[Malena, Lis]   Jeu 15 Aoû - 13:09

Concentrée sur mes plans et mes horaires, je ne faisais pas vraiment gaffe à ceux qui m'entourait. J'entendais certaine dispute, mais vite régler à coup de gueule d'un officier, ou par l'intervention d'un des gardes qu'on m'avait "accordés" pour gérer les civils et les militaires tumultueux, et surement pour me surveiller d'une certaine façon. De toute façon, ils m'étaient bien utiles et je n'avais pas vraiment le choix. Mais les flics et les militaires n'ont jamais fait bon ménage, et j'espérais vite en finir pour ne plus avoir affaire avec eux.

Soudainement sortie de mes pensées par une voix. Je n'avais rien entendue avant cette voix. Sans relever les yeux, j'écoutais. Des excuses, un nom. Surement quelqu'un qui c'est perdu. Puis un bout de papier devant mon nez. Juste la signature me suffit, et je relevais la tête pour pouvoir le prendre et le lire. On m'attribuait une civile pour m'aider?! Jack Fang était effectivement un emmerdeur, mais à ce point. Froissant le papier pour jeter un regard à la civile, j'eue presque envie de rire jaune. C'était une blague? On m'envoyait une sorte de.... punk ou d'hippie avec un semblant d'uniforme de l'IMS? Les cheveux verts, le visage rayonnant comme celui d'une enfant qui ne comprend pas dans quelle situation il est, et cette naïveté de bon accueil avec un retard de 25 minutes par rapport à ce qu'annonce le papier. Je lui serrais quand même la main avant de m'approcher et de me mettre bien face à elle, respectant de peu les 30 cm d'intimité pour parler d'une voix claire et sèche.

-" Bien, mademoiselle Alaj. Si je dois me coltiner une civile qui n'y connait surement rien en logistique car MONSIEUR Fang en à décider ainsi, soit. Alors, que fais-je faire de vous? Vous savez vous occupez d'une équipe de maintenance? Vous savez gérer une équipe médicale? Vous savez gérer une équipe de dockers pour qu'ils remplissent les cargos à l'heure dite? Ou encore, savez-vous RESPECTEZ LES HORAIRES?! "

Je finissais ma phrase en frappant sèchement sur la table, le papier en boule dans mon poing fermé. Je voulais qu'elle comprenne immédiatement que ce n'était pas un jeu, et que tant que nous serons en expédition majoritairement coordonner par l'armée, ce n'était pas le fait qu'elle semble être dans les "petits papiers du grand Jack Fang" qui allait la sauver. Et je me demandais aussi si je n'avais pas quelque chose de personnel contre elle, juste pour le papier de Jack. Surement, mais je n'allais pas l'admettre de si tôt. M'écartant d'elle, j'attrapais mon gros bloc-note, un crayon que je coinçais dans mes cheveux pour bloquer ma queue de cheval en chignon tombant.

-" Alors, je suppose que les cheveux, c'est une question de goût, l'uniforme c'était pour me provoquer? Non, en vrai je m'en-fout. J'aimerais comprendre pourquoi de toutes les personnes du Leviathan, c'est vous qu'on m'envoie. Qu'avez-vous en particulier que les autres n'ont pas? Quels sont vos compétences personnels? Et je ne veux pas savoir que vous savez faire cuire deux oeufs avec les pieds... Je vous écoute. "

Je restais debout en face d'elle, appuyer contre un mur, le bloc tenue dans une main, l'autre tripotant mes "Dogs Tags" machinalement, je la jugeais encore du regard. Je ne souriais pas, et j'espérais bien qu'elle arrêterait de sourire comme une idiote. Ce serait dommage pour elle, car en tant que Sergent, quand un de mes hommes sourit quand je l'engueule, le réflexe est de le réprimander tout de suite. Et civil ou pas, vu qu'elle venait pour être mon "assistante", ça allait chauffer si je devais toutes les 5 secondes me retourner pour lui jeter un regard courroucé et lui rappeler d'arrêter de sourire aux gars. Il fallait qu'elles comprennent qu'on étaient pas amies, et que les gars dehors n'était pas nos potes. Et j'espère qu'elle ne me suivra pas sur la surface, ou que quelqu'un d'autre prendra charge d'elle, car elle avait l'air en plus de ça d'être du genre à vous attirez des emmerdes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 152
Age : 26


Feuille de personnage
Métier : Chômage ?
Nébulite Nébulite: 150

MessageSujet: Re: La clé de la victoire...[Malena, Lis]   Jeu 15 Aoû - 18:05



Lis encaissa les remarques acerbes du petit bout de femme sans ciller. Ce n’est pas un accès de mauvaise humeur qui pouvait l’ébranler, ni une voix gueulante. Cette Parks se sentait visiblement directement agressée par le monde entier, que ce soit par la combi de travail ou une simple respiration de la verte. Le lutin en uniforme se retint de lâcher un long soupir agacé qui en disait loin. Car elle n’avait pas le calme impassible et la douceur sans borne de ses parents. Elle n’avait pas non plus leur immense tolérance. Ils arrivaient même à excuser le comportement d’Antarès qui serait le résultat d’une blessure passée. Oui mais Lis n’était loin d’avoir la tolérance aveugle et un amour de son prochain à ce point exacerbé. Elle était également bien moins pacifiste, surtout depuis qu’elle avait frôlé la mort dans un entrepôt sordide avec une queue entre les jambes, et cette bonne femme venait de la glacer. Le sourire du lutin se crispa un instant avec de disparaître, et l’éclat amical de ses yeux laissa place à un peu plus de fraîcheur.

Lis se fichait éperdument qu’on se foute de ses dreads ou de ses tenues, mais qu’on la prenne pour une enfant écervelée c’était autre chose. Les gens voient un sourire et ils prennent l’auteur pour un attardé mental ou un naïf. Belle mentalité. A croire que pour être prise au sérieux elle devait faire la tronche. Deuxième chose qui l’insupportait, c’était les cris inutiles. Et mlle Parks, à sa première tirade, avait déjà validé ce second point. Non les gens ne sourient pas parce qu’ils sont sourds Malena. Une dernière chose l’agaçait prodigieusement : que l’on juge son expérience sur sa tronche. Non elle ne faisait pas la manche dans sa vie pour vivre. Pourquoi se permettait elle de juger et dénigrer les compétences d’une personne dont elle ignorait la totalité du parcours celle-là ? La verte essuya la deuxième prise de parole de la mécano sans broncher, malgré l’envie grandissante de lui en coller une. Intérieurement, elle se promit de pourrir la vie de Jack jusqu’à ce que mort s’en suive, juste pour avoir osé l’envoyer avec une nana pareille. Remarque, elle bossait dans l’armée, fallait pas trop en demander. Au moins ce n’était pas un macho tyrannique aux mains baladeuses.

Lis récupéra le papier abandonné sur le bureau et le défroissa un peu, avant de prendre une inspiration pour répondre. Durant l’agréable accueil verbal de Parks, Lis ne l’avait quitté du regard. Hors de question de détourner les yeux et de s’écraser devant un petit chef en mal d’autorité telle qu’elle. Si Parks voulait jouer au plus con, pas de problème. Plus de trace de chaleur dans la voix de la verte quand elle répondit, pas non plus d’agression ou de reproches.

« Alors en premier lieu vous feriez mieux de ne pas supposer des choses dont vous ne savez rien. Je ne foutrais pas le nez dans votre vie car j’en ai rien à faire mais gardez votre nez à votre place. Pour la logistique je sais gérer les équipes et les interventions médicales d’urgences, et le ravitaillement. Les armes ce n’est pas mon credo. Ce n’était pas à une si grande échelle mais je crois que ça c’est nouveau pour tout le monde. »

Lis se tu un instant, des éclats de voix tonitruants venaient de couvrir le son de sa voix. Elle attendit que le déluge d’insultes s’apaise et qu’un semblant d’ordre revienne. L’air était plus électrique à chaque seconde. La tension se disputait le pas avec l’impatience, et forcement les choses débordaient. Mine de rien le petit bout de femme face à elle avait du courage. Ce n’était pas une raison pour excuser son accueil mais elle comprenait ses craintes. Tant à gérer et voilà une gamine dans ses pattes ? Dur. Mais elle n’était plus une gosse.

« Pour la tenue, je pense que mes sarouels auraient été un poil plus provocants mais si j’dois prendre une autre tenue réglementaire ici, j’le ferais. Pour le reste je n’ai pas choisi d’atterrir ici, je m’en serais même carrément passé. Tout ce que je voulais, c’est fouler cette planète, mais me voilà ici, et aussi déçue que vous l’êtes. Donc vu que vous n’avez pas trop le choix d’m’avoir dans vos pattes, on ferait peut être mieux de trouver un terrain d’entente le temps de la mission. Vous mourrez p’t’être d’envie de me coller un pain dans la tronche mais on verra ça plus tard, on a des hommes à s’occuper, et des vies à assurer.»






L'espoir est un rêve, et je rêve chaque nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
J'habite sur Leviathan
J'habite sur Leviathan

Messages : 34
Age : 24


Feuille de personnage
Métier : Sergent, Chef mecano
Nébulite Nébulite: 550

MessageSujet: Re: La clé de la victoire...[Malena, Lis]   Jeu 15 Aoû - 21:29

Du défi, en plus d'une certaine "nonchalance" de ce que je venais de lui dire, ça commençait bien. Elle pense pouvoir gérer des équipes et pouvoir gérer les interventions médicales d'urgence? Pour le second point ce n'est de la logistique que de terrain, le premier point fait déjà plus partie de la mission actuelle. Mais j'avais quelques doutes sur le fait de se faire obéir des Gus dehors avec des sourires et des mots gentils. Mais on verra bien si elle supportera aussi bien que moi de jouer le "chien de garde" des grands gosses. La regardant d'un oeil, tout en soulevant certaines feuilles du bloc note pour lire celle du dessous, je m'approchais de la porte. Attendant un peu en entendant les rires, les cris de "Vas-y démonte le!", je l'ouvris soudainement et dit d'une voix sèche sans crier.

-" C'est comme ça que vous bossez? Ou alors vous vous foutez de ma gueule et de celle des mecs en bas? Non vos gueules, je ne veux pas d'excuses. Allez disperser vous avant que je fasse un rapport ou que je m'en charge moi-même. Hep toi, le grand gaillard, t'es militaire, t'as autre chose à faire que de te cogner la gueule avec un civil, je suis bien claire? Allez fout le camp. "

Refermant la porte, je retourne vers mon bureau en continuant de lire tout en écoutant la jeune femme m'expliquer que ça tenue elle s'en fout et gna gna gna... Elle m'explique aussi que tout ce qu'elle veut c'est fouler la planète, et ces mots, j'écarquille les yeux et tourna la tête vers elle en reposant le bloc. Elle se fout de ma gueule? On l'amène à moi alors qu'elle n'a qu'une envie, c'est de fouler le sol de la planète? Sur le moment, j'avais presque envie d'appeler la sécurité et de la renvoyer auprès de l'IMS. Hors de question qu'une rêveuse impatiente s'occupe de gérer les équipes tout aussi impatiente de marcher sur cette planète charger les vivres, les munitions, les armes et autres ressources primordiale à l'expédition. Cela dit, elle avait raison sur un point, des gens attendaient en bas de recevoir notre soutien. Jetant le bloc sur le bureau et soupirant longuement, j'ouvris une seconde fois la porte et criais cette fois, tellement il y' avait de raffut.

-" Woh! Vous êtes obligés de vous comporter comme des sales gosses?! Je suis obligée d'être derrière vous pour vous torcher sinon vous faites toutes les conneries imaginables? Faites un peu moins de bruit merde, comportez vous en adulte! Et qu'est-ce que vous foutez encore assis?! Allez, tous vers la porte de la baie, dans 20 secondes je veux voir tout le monde au boulot! Vous entendez pas les navettes qui se posent?! 16 secondes, hop hop hop! "

Je laissais la porte ouverte et me tournais vers la jeune assistante, la jugeant une dernière fois avant de retirer mon stylo de mes cheveux, appuyant sur le petit ressort pour allez signer un papier et lui coller entre les pattes et une bonne douzaine de feuille accrocher à un autre bloc. Je souris faussement avant de lui montrer la sortie. Elle voulait gérer une équipe? Bien, on va voir ce qu'elle va faire avec mes "grands enfants".

-" Au fond de la baie, les Dockers des navettes 7, 9 et 13 doivent charger des médicaments et de l'équipement médical dans leurs soutes, et les transporteurs 1, 4 et 8 doivent embarquer la liste des médecins civils et militaires ainsi que des soldats et mercenaire et certains scientifique, tous sur ces listes, avant le prochain envol, dans à peu près 1 heure. Pas une minute de plus. Au boulot. "

Sortant du bureau, je devais déjà crier pour forcer deux civils à se relever et allez aux baies d'embarquement, les accompagnant, un bloc sous le bras et un poing fermé se retenant de frapper. Là seule chose qui me préoccupait maintenant, c'était envoyer ces 12 vaisseaux le plus rapidement possible, et de commencer à embarquer un maximum de monde. La dernière navette arriverait après me récupérer moi et les derniers civils et militaires requis, et je suppose que Mlle Alaj serait de la partie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Grouille de faire ta fiche !
Grouille de faire ta fiche !

Messages : 7
Age : 25


Feuille de personnage
Métier : Chômage ?
Nébulite Nébulite: 0

MessageSujet: Re: La clé de la victoire...[Malena, Lis]   Dim 8 Sep - 22:23


Slalomant entre les cohortes d’assistants mécaniques qui chargeaient les vaisseaux et les ouvriers affairés, le caporal Duckman aurait aimé se voir assigner un autre rôle que celui de messager. « Au sein de l’IMS tout le monde a un rôle ! » Ouais tu parles ! Lui ce qu’il aurait voulu c’était se retrouver aux commandes d’une putain de machine de guerre pas jouer les courriers ! Même si en l’occurrence il était le plus cool des courriers : un super facteur qui allait aller sur une super planète perdue et non explorée ! Ca en jetait un max. Même tout ce foutoir avait quelque de cool, il sentait la frénésie le gagner lui aussi et son impatience de mettre un pied au sol était décuplé. D’ors et déjà on murmurait qu’on avait aménagé un spatio-port de fortune, quelque chose prêt à tous nous accueillir. Bordel qu’il avait hâte, mais pour le moment il devait trouver l’officier Parks en charge de ce joyeux bazar pour lui transmettre ses ordres. Les choses bougeaient rapidement et on grinçait déjà des dents en haut lieu pour le retard. Duckman comprenait que pour l’occasion les gens pouvaient être pressés mais il n’avait aucune envie de mettre son cul sur la ligne devant une femme aussi féroce que Malena Parks. Il recula de justesse devant un train mécanique chargé de munitions et son regard identifia immédiatement la jeune femme. Il l’avait déjà reluqué plus d’une fois à la cantine, aucune chance qu’il l’oublie. Aucune chance non plus d’oublier le sort réservé aux impudents en sa compagnie.

Il la trouva près de son bureau, l’air assez mécontent pour lui signaler de prendre des gants. Rajustant sa gaine d’armement et son casque, essayant de dissiper son air gauche, le caporal initia un vague salut avant de tendre une plaquette à cristaux liquides contenant les nouveaux ordres de mission.

-On a eu droit à un message du commandant madame ! On initie la deuxième phase de la mission ; les choses au sol se déroulent mieux que prévue visiblement ! On requière votre présence à la surface immédiatement, ainsi que la dénommée Lis Alaj pour aider à la poursuite des opérations.

Un sourire canaille illumina son visage de jeunot.

-Parais qu'on a trouvé un truc énorme dans la forêt ! Cette fois on va dans la verte madame !

La jeune femme comprendrait bien assez tôt ce qu’il voulait dire.

_______________________________

♦Les opérations sur le terrain s'accélèrent: je vous laisse encore deux post chacune pour finir si vous le désirer (ce n'est pas un ultimatum c'est pour entrer dans le vif du sujet). Je considère la mission d'ors et déjà comme accomplie.

♦Vos nouveaux ordres de mission une fois au sol est de participer avec l'équipe 2 à l'exploration de la forêt et la découverte des ruines (le message du commandant vous sera transmis une fois au sol).

♦Votre mission capitale est d'assurer l'approvisionnement en munition et réparation pour Malena, et soigner les blessés pour Lis.

♦Vous pouvez vous équiper en armes de votre choix et jouer les PNJ de votre choix (hors MJ)

♦Vous ferez votre topic séparé du reste de l'équipe 2 (pour des soucis de rapidité) dans le Green Sector une fois le top départ donné par le staff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La clé de la victoire...[Malena, Lis]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La clé de la victoire...[Malena, Lis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Premiere victoire - In harm's way - 1965
» Remake A nous la Victoire
» [Animé] Touch (Théo ou La Batte de la Victoire)
» Vidéo: ne jamais crier victoire avant la fin du match
» Savoie : Juin 1940 l'ultime victoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Extended Odysseus :: Espace :: P-127(X) >Zone Event :: Orbite Géostationnaire-