Optimisé pour
facebooktwitter



 
Pensez à faire des Demandes RP si vous voulez jouer !

Partagez | 
 

 Capitaine Serghar Drake [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
J'habite sur Black Matter
J'habite sur Black Matter

Masculin Messages : 71
Age : 25
Localisation : Sur le pont de mon vaisseau


Feuille de personnage
Métier : Contrebandier/Pirate
Nébulite Nébulite: 2600

MessageSujet: Capitaine Serghar Drake [Achevé]    Mar 30 Juil - 13:40


                   
Serghar Drake

 


  • Âge :

           
  • Sexe : Masculin

           
  • Groupe Souhaité : Citoyen

           
  • Métier : -Contrebandier/Criminel/Mercenaire.

           
  • Colonie : Black Matter
           

     


 




Configuration Biologique

« Impossible d’oublier la sale gueule de ce fils de pute ». Ceci sont les mots que les récentes victimes du capitaine Drake, du moins celles ayant eu la chance de survivre, seront susceptibles de vous souffler l’haleine chargé d’alcool, après une série de verres destinés à effacer de leur mémoire le triste souvenir de leur rencontre. Et en effet il est dur d’oublier le faciès ravagé et modifié du capitaine Serghar Drake. Difficile de rencontrer dans cette galaxie un visage semblable. Celui-ci disparait en sa moitié inférieure sous un véritable appareil de torture, grossier appareillage cyber qui lui permet de respirer correctement et de fait de survivre. Vestige de son passé très actif de militaire, cette lourde prothèse, témoignage des premiers pas balbutiants des médecins d’alors, a pour fonction de faire fonctionner les poumons de sa victime et de lui fournir le surplus d’oxygène nécessaire. Encombrant, l’appareil a pour seul avantage de conférer à son porteur une allure encore plus effrayante. Relâchant parfois des sifflements rauques, ce véritable masque a modifié profondément la voix de Serghar, la transformant en grognement sinistre teinté d’accents métalliques. Ce paravent a néanmoins l’avantage d’attiré davantage le regard du spectateur sur le regard bleu froid d’acier du personnage. Une attention que l’on se surprend à immédiatement regretter. Au moins aussi sinistre que son appareil respiratoire, le regard de l’ancien militaire est sans appel : il est à lui seul une promesse de mort, et pas du genre rapide. Sévère, sans pitié et froid, sont sans doute les meilleurs qualificatifs pour désigner ces yeux perçants. Son côté implacable est souligné par des sourcils éternellement froncés, qui en viennent à faire douter que le personnage n’ait jamais souris de sa vie.

Au vu du reste du corps de notre héros on comprend aisément l’absence de cette joie de vivre. On devine en effet en observant les réseaux cicatriciels étendus qui parcourent l’ensemble de son torse que Serghar n’a guère eu de nombreux motifs prompt à inspirer la rigolade. Notre homme possède le physique typique du guerrier, sa musculature n’allant pas jusqu’à l’excès néanmoins. Le capitaine Drake met son corps au service de la performance et non de la beauté sculptural cultivé par certaines élites privilégiés des colonies. Ses bras épais et ses mains rustres ont pour fonction de tuer, ce buste imposant fondé en un seul bloc avec une ceinture abdominale rigide doivent supporter la pression d’un saut dans l’espace. Mortel et endurant, tel est le corps éprouvé de l’ancien militaire de Leviathan. Celui-ci n’est pas sans faiblesses néanmoins, la guerre ne l’a point laissé intact, pas davantage que les nombreux traitements hormonaux et manipulations au niveau génétique pour accroître ses capacités guerrières. Il est fréquemment sujet à des crises de tremblements et de nombreuses lésions handicapent quelque peu sa résistance. Des faiblesses qui ne l’abaissent que tout juste au niveau humain. Cependant de tout ses muscles Drake a mit un point d’honneur à travailler le seul ayant réellement de l’importance : le cerveau.

Plus que le physique c’est néanmoins l’allure et l’aura du personnage qui le démarque du lot. Cet homme est fait pour commander, ceci est sans doute la première pensée qui traverse l’esprit de toute personne faisant sa connaissance pour la première fois. Aurelian Drake est l’alpha, un chef de meute né, on devine la confiance et l’expérience chez cet homme à l’allure et au comportement sobre. Ne vous laissez pas abuser par son âge, les nombreux traitements et améliorations qu’il a reçu ont considérablement ralentit le travail de l’âge, et il est aussi acéré qu’un homme de trente ans. Son expérience transparait au même titre que la force et le danger qui émane de lui. Félin dans ses déplacements, on a du mal à apprécier tout le doigté qu’il peut mettre à briser une nuque. Tout est dosé et parfaitement contrôlé chez cet homme, or en ces temps troublés mieux vaut avoir un type au sang-froid aux commandes.



Configuration Psychologique

Serghar Drake est le fruit d’une guerre inutile, un immense gâchis en vie qui l’a durablement marqué et qui a été sa raison de vivre pendant plus de vingt ans. L’affrontement impitoyable entre la race Humaien et Noxienne a été le terreau fertile qui a contribué à faire naître le personnage qu’allait devenir Serghar Drake : un guerrier, un héros, un meurtrier et un traître. Héritier de cette guerre, l’ancien militaire de Leviathan en a retiré des valeurs personnelles qu’il a forgé et éprouvé au combat : l’absence de compassion, la ruse, la férocité et le goût de la victoire. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Drake ne conçoit pas le fait d’être un guerrier comme l’obéissance à un code particulier d’honneur ou le respect de la bravoure. Pour lui ce qui fait un guerrier est son absolu dévouement à arracher la victoire et accomplir la mission, par tous les moyens nécessaires et jugés utiles. Un coup de couteau dans le dos est plus efficace qu’un dangereux corps à corps face à face. Ce n’est point ici de la couardise ou de la lâcheté, juste du bon sens et de la rationalité pure. Minimiser les risques et maximiser l’efficacité. Serghar prépare ses plans minutieusement avant de les exécuter avec une sauvagerie et une violence si soudaine et inattendue qu’elle en laisse l’ennemi désemparé. L’ancien soldat pense toujours en termes tactiques et a depuis longtemps appris à n’accorder aucun prix à la vie humaine, si ce n’est celle de ses hommes. Il se considère comme un bon commandant, et cultive les valeurs de la camaraderie autant que celles de la haine de l’adversaire.

De la haine le capitaine Drake en a beaucoup. Celle-ci est dirigée droit vers la race Noxienne et ses sympathisants. L’ancien militaire n’a jamais accepté le traité de paix, pas davantage que l’annonce atroce que tout ce qui avait régit son monde jusqu’alors n’était que le fruit d’une erreur. Considérant la réaction des autorités comme une véritable traîtrise, et une insulte à la mémoire de ses camarades morts, il est le plus féroce détracteur de l’incorporation de ceux qu’ils ne considèrent que comme une engeance alien dangereuse et méprisable. Même s’il a appris à respecter son adversaire, ce n’est pas pour autant qu’il a su leur pardonner et encore moins les placer à son niveau. Il est conscient des capacités redoutables des Noxiens, mais ne lest considère pas pour autant comme des auxiliaires fiables, pas plus qu’il n’accepte de voir les ennemis d’hier servir soudainement sous la même bannière que lui. En cela, Serghar Drake révèle un des traits les plus marquants de sa personnalité : sa rancœur. Têtu, borné, durablement marqué par les souvenirs de la guerre, il recherche depuis désespérément une raison de vivre et de continuer le combat. Il se considère lui-même comme incapable de faire autre chose. Loin de voir cela comme une fatalité, le capitaine Drake est fier de ses capacités et n’éprouve désormais aucun remord à louer ses services pour le compte du plus offrant.

Doté d’une moralité très flexible, il raisonne en termes d’objectifs, de cibles et d’efficacité. Il ne s’accorde aucune marge pour le sentiment. Froid, calculateur, têtu et féroce combattant, il sait néanmoins tempérer sa fierté et ne verse pas dans l’arrogance ni l’orgueil. Ainsi il laisse rarement ses émotions prendre le dessus, si ce n’est que pour stimuler son aptitude au combat. Individu au sang-froid, il est aussi calme que méthodique. Il supporte néanmoins rarement les commentaires désobligeants ayant trait à la guerre Humaine et Noxienne, qui sont prompt à lui rappeler les souvenirs de ce qu’il a perdu. Fidèle qu’à lui-même depuis la signature de l’accord de paix par l’ensemble des colonies, il est conscient de la menace Xoïdes mais ne se considère pas comme prêt à digérer l’amertume d’une éventuelle victoire obtenu grâce à l’aide Noxienne. Dans un univers où guette de manière plus inquiétante que jamais la menace Xoïde, Serghar Drake est résolument hanté par un passé qui l’empêche de souscrire totalement au combat contre cette race alien.  


Parcours Biographique


La vie humaine est insignifiante, et la prise de conscience de cette insignifiance n’a fait que s’accroître à mesure que les immenses vaisseaux humains, vestiges d’une humanité ravagé parcouraient l’immensité galactique. Pour qu’émerge une individualité, une personnalité suffisamment forte pour s’affirmer au sein de la multitude ouvrière des colons, il faut que des évènements particuliers viennent aider à forger cette destiné. Or quoi de plus puissants que les feux de la guerre pour alimenter cette forge ? Né en 2033 comme citoyen de Leviathan et pupille du Space Reign, Serghar Drake n’a connu que la guerre et la peur inévitable qui l’accompagne. Le jeune garçon a grandi en entendant les rapports de bataille contre les flottes Noxienne, suivi avec attention les reportages spectaculaires des glorieuses troupes de la colonie assiégeant l’ennemi. Il a apprit que cette guerre n’était qu’une légitime défense face à l’odieuse agression de ces aliens méprisables et guerriers. Ces créatures n’aspiraient qu’à l’éradication de la colonie et de tous ses habitants, si ce n’était pour les réduire en esclavage. Fertile est l’esprit d’un jeune garçon, et la propagande se chargea de planter les graines avides de la haine et du bellicisme. Serghar appris à haïr ceux qui avaient fait de lui, et tant d’autres, des orphelins. Il n’était point dupe aux annonces de cessez le feu ou des brèves trêves, manœuvres de politiciens couards ou ruses de l’ennemi, le massacre reprenait tôt ou tard. Il devint très vite un cadet à l’académie militaire de Leviathan, déterminé à servir sa patrie et contribuer à la défense de la colonie. Elève moyen, il se distingua davantage par son enthousiasme et ses capacités physiques que son sens particulier de la tactique ou de la stratégie.

Sa première bataille se déroula à bord d’un des nombreux vaisseaux de combat de la colonie. Simple enseigne de bord affecté à une pièce d’artillerie, il comprit bien vite que la vie de vaisseau n’était pas fait pour lui et se rendit compte avec un certain effarement que ses camarades ne semblaient pas nourrir son engouement pour le conflit. La lassitude des autres soldats était évidente, de même que celle des officiers. La guerre de Serghar Drake se limita à de brèves et violentes escarmouches, mais toujours il était tenu éloigné des véritables combats. Il se contentait de tirer à distance sur les forteresses et vaisseaux Noxiens, un spectacle bien insatisfaisant et surtout insuffisant pour le jeune homme à l’ardeur bouillonnante. Il demanda son transfert dans une unité combattante d’infanterie, il était temps pour lui de voir à quoi ressemblait réellement l’ennemi. L’Etat-Major, jamais prêt à refuser un nouveau volontaire pour la boucherie et encore moins de la chair à canon aussi enthousiaste, l’affecta à un des multiples détachements d’abordage chargé de mener le combat directement dans les forteresses Noxiennes ou encore les vaisseaux. Largué depuis des torpilles, ses hommes avaient 3 chances sur 5 de périr vaporisé par un tir avant d’arriver au contact. Peu au fait de ces statistiques et peu soucieux du risque, le jeune première classe Serghar Drake s’engagea et pris plein pied dans la guerre, décision qui allait à jamais modifier le destin de celui qu’on appellerait capitaine Drake.  


« La chance sourit aux audacieux », elle souriait aussi aux idiots insouciants comme le prouva le première classe Serghar Drake qui après son baptême du feu appris autant à redouter l’ennemi qu’à chérir sa bonne étoile. Son innocence et son insouciance de jeunesse eurent tôt fait de s’envoler. La guerre n’avait rien de l’héroïsme qu’il avait imaginé. La férocité et le fanatisme acharné de l’adversaire transformait chaque assaut et empoignade en boucherie fumante et barbare, les forçant en des corps à corps brutaux dans les étroites coursives des vaisseaux. Le jeune Drake appris très vite que la vibro-lame réglementaire n’était pas suffisant pour survivre face aux Noxiens, et que prier avant chaque abordage n’était pas une option. Au fur et à mesure que les dernières traces de naïveté étaient arrachées de la carcasse du nouveau sergent Drake, celui-ci se révéla un leader compétent et surtout un soldat plus que capable. Si sa chance insolente lui permis en partie de rester en vie, l’expérience du corps à corps et du champ de bataille conclurent sa formation. Il supervisa bientôt lui-même une unité et on le détacha comme instructeur en prévision de futurs affrontements plus violents dans les forteresses mêmes des Nox. Les médailles et les recommandations ne tardèrent pas à fleurir sur le dossier de celui qui s’affirmait peu à peu comme un vétéran redoutable.

Citation :
Une minute 30. Une minute 29. Une minute 28. Solidement sanglé sur le siège de tête de la torpille d’abordage, le sergent Serghar Drake gardait les yeux fixés sur le décompteur numérique de la capsule, égrenant comme à son habitude les secondes alors qu’elles défilaient. Il ne dérogeait jamais à ce rituel à chaque assaut, il avait appris depuis longtemps à ne déroger à aucun rituel ou habitude avant un combat. Quant on était à bord d’une torpille au blindage aussi mince qu’une feuille de papier, traversant le vide intersidéral au milieu d’un combat spatial, il n’était pas idiot d’être superstitieux. Et quand cette même torpille se dirigeant droit vers un croiseur Noxien gorgés d’ennemis débordant d’une joie sauvage à l’idée de vous arracher la gorge, il devenait plus que raisonnable de nourrir quelques croyances en une puissance supérieure. Une bonne étoile, un ange gardien, Dieu, un foutu Spaghetti Volant, Serghar le savait chacun priait quelque chose en ce moment même. Il s’efforça de prendre une grande inspiration avant de vérifier pour la centième fois son paquetage, son ultime rituel, tâchant d’ignorer les trop fréquents tremblements et secousses qui agitaient la cabine. L’interface visuelle de son casque scanna le bon fonctionnement de son appareil respiratoire, du fonctionnement de l’armement et plus important de l’approvisionnement en munition. Tirer dans un espace clos et pressurisé était une des choses les plus idiotes à faire, et il y avait eu de nombreux morts avant la mise au point de balles à faible vélocité qui évitaient la survenance d’accidents stupides.

Cependant Serghar avait depuis longtemps compris que face à cette merde alien, l’utilisation d’un bon couteau valait tous les fusils du monde. Plus semblable à une machette d’un autre temps qu’un couteau règlementaire, la lame du sergent Drake provoquait des dégâts aussi effrayants que son apparence le laissait supposer. Des colifichets tribaux pris sur des cadavres ennemis en garnissaient le manche taillé dans l’os, et Serghar se permit un mince sourire, anticipant le plaisir prochain de s’en servir. Une secousse plus brutale le ramena à la réalité et il jeta un regard implorant au décompte. Vingt secondes. Soit deux fois plus de temps nécessaire pour qu’un laser Nox trouve son chemin jusqu’à eux. La vague d’assaut comprenait plus d’une trentaine de torpilles mais il savait d’expérience que pas la moitié d’entre eux ne parviendrait au contact. Il écrasa son poing sur le bouton d’alarme pour signaler aux bleus de son escouade de se mettre en état d’alerte. Une agitation fébrile parcouru l’habitacle et Serghar se délecta du bruit des glissières d’armement et du ronronnement des vibro-lames en activation. Quelques cris et bravades résonnèrent dans son canal vox et il empoigna à son tour son fusil d’assaut prêt à l’impact.

-Impact dans dix secondes les bleus !  On baisse la tête et prêt à jeter sa foutu carcasse hors du cercueil une fois contact ! Vous m’illuminez la première saloperie alien qui montre le bout de sa face peinturluré !

Quelques cris de guerre improvisée répondirent à ses ordres, bientôt étouffés par l’intolérable bruit de froissement de tôle et le crissement de l’acier contre l’acier alors que la torpille touchait à son but. La foreuse de tête propulsé avait creusé jusqu’au secteur des moteurs du croiseur ennemi et les écoutilles explosèrent pour laisser libre passage à son mortel chargement de soldat. L’esprit vide de toute réflexion, laissant ses réflexes prendre le dessus, Serghar chargea tête baissé et fusil contre le corps, une roulade plus tard et il trouvait un couvert contre une poutre défoncée. Moins vif que son chef d’escouade, son direct suivant n’esquiva que trop tard la volée de tirs qui accueillit les soldats de Leviathan. Les premiers corps criblés tombèrent au sol tandis que leurs camarades peinaient à enjamber leurs carcasses pour trouver un couvert à leur tour. Le sergent Drake leva son arme et délivra méthodique trois rafales sur l’ennemi à découvert. Il ne prit pas la peine de vérifier s’il avait touché au but que déjà il était en déplacement, suivit de près, du moins il espérait, par ses hommes. La vitesse était la clé dans ce genre d’opération, il ne tenait pas à avoir sur le dos un détachement Noxien. Un coup de pied pilon surgit soudain de nulle part et faillit fendre son casque en deux, il para au dernier moment avec son fusil et éventra l’impudent à l’aide de sa lame. Le sang poisseux jaillit et le recouvrit d’une humeur fumante. Le second lança un poing redoutable qui trouva son chemin dans la tête du soldat derrière Serghar, brisant ses optiques de vision, tandis qu’un second coup achevait de lui briser la nuque. Submergé par l’adrénaline, le sergent réagit en improvisant et en lui coupant le bras au niveau du coude. A sa plus grande surprise et horreur, l’alien hurla avec une rage renouvelé ou se mêlait la douleur avant de l’empoigner avec une force surprenante.

Un tir bien placé mirent fin à ses intentions meurtrières. Serghar ne prit pas le temps de reprendre ses esprits et conduisit les survivants vers le bloc moteur. Il avait une mission à accomplir. Les Noxiens arrivaient en nombre, et déjà redoutables à mains nues, voilà qu’ils dégainaient des lames à présent.

-Sergent à dix heures !

L’officier se jeta au sol juste à temps pour éviter un projectile acéré et sifflant qui eu raison du bon samaritain qui venait de lui sauver la vie. Une nouvelle rafale récompensa l’imprudent. L’empoignade était généralisée et l’effectif de son escouade descendait dangereusement bas. Le sergent arma la bombe à fusion avec précipitation, tâchant d’éviter le festival de tirs et de hurlements autour de lui. Le support magnétique de l’explosif se fixa aux gigantesques turbines moteurs du vaisseau. Le décompte qui s’affichait était le signe indiquant clairement qu’il fallait se tirer. Serghar signala la retraite arrosant au jugé les adversaires qui se rapprochaient dangereusement. Remontant en sens inverse, il lui fallait retrouver les capsules d’évacuation de la torpille d’abordage et se tirer en vitesse, l’endroit allait sous peu se révélé infréquentable. Les rares hommes encore debout offrirent un déluge nourris qui éclaircit à peine le paysage menaçant qui leur faisait face. Serghar poignarda avec une hargne renouvelé un Noxien aux tatouages jaunes et complexes qui avaient manqué de lui fracturer la jambe. Submergé par l’adrénaline et la panique de la situation il n’entendit même pas la puissante détonation qui transforma le bloc moteur en vestige fumant. L’explosion fora également, pour sa plus grande horreur, un trou béant dans la coque du vaisseau. Le dernier acte éclairé qu’accompli le sergent fut de planter sa lame à même le sol.

Cette attache précaire l’empêcha de suivre les malheureux dans le vide spatial, aspiré par cette brutale brèche. Il pouvait sentir le vaisseau dérivé et tous les voyants de son armure de combat virèrent au rouge. Les joints de sa tenue n’étaient pas fait pour supporter le vide intersidéral, pas davantage que les corps légèrement vêtus des Noxiens qui gonflaient et explosaient de manière répugnante. Le couteau crissa de manière douloureuse et la peur menaça de submerger tout à fait Serghar Drake. Tandis que la lame se brisait, un dernier cri rageur partit de sa gorge, avant d’être étouffé par le silence étouffant de l’espace.


« Mort au combat », ainsi a été désigné le sergent Serghar Drake affecté aux troupes d’abordages. Il a trouvé la mort héroïquement au combat en permettant à son navire d’anéantir l’ennemi, grâce à son sacrifice Leviathan est un endroit plus sûr pour ses habitants et l’ennemi peine à combler ses pertes. Tel a sans doute été le discours fournis à la population avide de récits héroïques ou d’histoires prompt à la divertir et à raviver la flamme vacillante de la passion dans cette guerre sans fin. Mais mort Serghar Drake ne l’était pas : mal en point et soigné en détresse par les médecins de bord oui. Identifié comme un élément prometteur, le soldat eut droit à un traitement de faveur considérable puisqu’on daigna le secourir et même lui offrir des soins pour raviver ce qui restait de sa carcasse ravagé par le froid intersidéral. Les poumons rongés, le corps endommagé par l’arrêt de ses fonctions vitales, il ne fut pas considéré comme un cas perdu et on ne lui autorisa pas encore une retraite méritée. Transféré dans un service particulier, fruit de l’alliance entre industriels peu scrupuleux et scientifiques enthousiastes aux méthodes universellement condamnés, il devint un cobaye. Les travaux cybernétiques étaient balbutiants alors, mais tout le monde s’accordait à voir dans la génétique et l’ingénierie de la nanotechnologie un futur brillant. Hélas ce futur allait s’avérer douloureux pour ce qui restait de Serghar Drake. Sujet de nombreuses « améliorations », il subit de nombreux traitements visant à la fois à le reconstruire mais également à l’améliorer en tant qu’être humain. De ces nombreuses manipulations, plusieurs avaient été fermement condamnés par la communauté scientifique, et d’autres trop aléatoires pour une quelconque autorisation sur un sujet humain.

Modification de l’hypophyse, augmentation des réflexes, force, endurance, sens, régénération. La plupart des cobayes ne tardèrent pas à voir leur santé mentale se déliter et s’égarer tout à fait. Serghar lui survécu. Les Noxiens n’avaient pas eu sa peau, quelques piqures n’allaient pas changer la donne. Il était de plus déterminé plus que jamais à revenir au combat, et mieux valait finir en addict aux drogues de combat et en monstre qu’en déchet mutilé. Il répondit à la plupart des expériences positivement et une partie des instances militaires, appâté par la curiosité et le désir de voir créé un nouveau type de soldat autorisa un regroupement des sujets en une unité combattante. L’initiative Wolfjager était créée. Armement et logistique supérieur, ces hommes nouveaux devaient pouvoir tenir la comparaison sur le plan physique avec les Noxiens. Ils étaient désignés pour mener un certain nombre d’opération fermement condamnés sur le plan militaire et moral, et surtout secrètes. Les cibles désignées étaient principalement des civils : non-combattant ou ouvrier, le but était de semer la terreur chez l’ennemi. Les missions furent des succès et Serghar s’affirma bientôt au sein de la troupe comme le leader naturel, menant ses missions selon ses plans. Son expérience dans l’espace et son passage entre les mains des scientifiques l’avaient radicalement changé. Il diffusa ainsi des virus étrangers au sein de district de forteresse Nox via le système d’aération, traqua et exécuta des chamans, et troublèrent de nombreuses manifestations religieuses Nox de manière sanglante.

Loin d’avoir les résultats escomptés, le moral de l’ennemi ne souffrit aucunement de ces attaques traîtres et enflammèrent l’ardeur des combattants adverses. Si bien que l’unité Wolfjager devint un fardeau plus qu’un avantage stratégique. Sans compté que plusieurs éléments de l’unité se révéla instable et développèrent des mutations inattendus. Le projet fut abandonné et oublié pour ne refaire surface qu’au jour de la signature de l'Edit Galactique n°39.

La paix entre les deux races demandait à ce que des responsables soient désignés et des boucs émissaires traînés devant la justice. Les membres de l’ancienne unité Wolfjager furent de ceux-ci. Lâchés par leurs officiers supérieurs, certains se suicidèrent ou s’exilèrent, leurs comptes en banques bien remplis. Les industriels firent jouer leur relation pour nier leur implication dans un projet qui était peu à peu désigné comme une initiative personnelle d’un groupe de fanatique, une menace pour la paix. Peu désireux de s’encombrer de soldats instables, incapables de déposer les armes et encore moins de supporter cette paix que Serghar considérait à titre personnel comme une trahison, Leviathan et le S-Reign décida d’emprisonner ses hommes en vue de leur future exécution. Chef d’accusation : crimes de guerre. S’en fut trop pour le capitaine Drake. Il avait dévoué son existence et sa santé à cette guerre qui était à présent désigné par tous comme une erreur tragique, il n’y aurait pas de main tendue pour lui. Enfermé dans un quartier de haute sécurité il ne se résignait pas à supporter sans mot dire son exécution. Il était bien déterminé à livrer un cadeau d’adieu à cette colonie ingrate. Ils avaient le sang de ses hommes sur les mains, cette paix revenait à nier le sacrifice de tants de soldats qui avaient combattus sous les bannières. Son point de vue trouva visiblement un certain écho dans certaines franges de l’armée, car deux semaines avant son exécution on organisa son évasion.

Soldats amers ou refusant le traité de paix, trop aveugle et obtus pour voir l’importance de la menace Xoïde, ils libérèrent Serghar et ses hommes dans une opération sanglante et meurtrière. Le capitaine déchu pris la tête de la quarantaine d’homme qui avait été rassemblé, les plus extrémistes de son partit et revendiqua comme sien un croiseur de la colonie. Mis en cale sèche en attente de réparation, l’engin était cependant capable d’un saut spatial et Serghar n’attendit pas la permission des autorités. Libellés comme traîtres, criminels et parias. La traque commença, S-Reign bien déterminé à abattre cet élément perturbateur pour cimenter le front commun face aux Xoïdes. La flotte n’eut aucun mal à retrouvé le croiseur mal en point et à l’éradiquer. Une nouvelle fois Serghar et ses hommes étaient considérés comme mort.


Les survivants de l’unité Wolfjager ne furent pas surpris d’apprendre la nouvelle de leur mort, quelques uns esquissèrent un sourire moqueur. Voilà qu’ils étaient dorénavant des fantômes d’un passé rejeté, et à Black Matter ils étaient définitivement parmi les leurs. Meurtriers, déserteurs, criminels, mercenaires…voilà à quoi on les avait réduits. Mais Serghar et ses hommes possédaient des compétences particulières qui faisaient d’eux des êtres uniques même au sein de la pègre locale, et le capitaine ne tarda guère à trouver une nouvelle guère à mener.



In Real Life

  • Prénom/Surnom : Titi, Monsieur.
           
  • Comment avez-vous connu Ex-Odyss ? Un lien sur un autre forum si je me souviens bien. Lequel ? Je ne saurais le dire. *Alzheimer*
           
  • Une suggestion, un commentaire ? Le forum claaaaaaaaque. J’adore le concept et l’univers, c’est si rare de trouver un forum futuriste de qualité. Désolé si mon perso peut sembler être le cliché des « super guerier tro for de la mor ! » x), je vous assure qu’en terme de jeux on est loin du compte ^^. L’idée d’un capitaine contrebandier hanté par son passé à la Firefly (en moins bisounours) me plaisait bien.  
           

     

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Administratrice || Intelligence Artificielle ||  Game Master
Administratrice || Intelligence Artificielle || Game Master

Messages : 39
Age : 29

MessageSujet: Re: Capitaine Serghar Drake [Achevé]    Mar 30 Juil - 21:23

Félicitations, tu es validé. Rien à dire par rapport aux libertés que tu as prises, elles concordent avec l'univers sans verser dans le grosbillisme malgré la puissance manifeste du personnage. Avant de Rp il reste quelques petites choses à faire :

- Recenser ton avatar
- Faire ta Carte d'Identité

Si jamais tu as des questions, n'hésite pas à nous les poser sur la chatbox ou par Mp, et propose tes idées si tu en as dans la partie Questions/Suggestions.

Tu pourras également trouver des missions et des partenaires pour tes RP ici.

Bienvenue dans l'Odyssée !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Capitaine Serghar Drake [Achevé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel est votre capitaine préféré ? Argumentez !
» Nouveau Capitaine-Commandant
» WIP du capitaine Flam par Duke Fleed
» CLONE WARS - CAPITAINE REX
» Capitaine Maurice Anjot, le chef méconnu des Glières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Extended Odysseus :: Prepare to Fly :: Présentations :: Présentations Validées-